Comment améliorer la qualité de l’air dans les villes ?



03.05.2013
57 min

Le Ballon de Paris - Parc André Citroën
Le Ballon de Paris - Parc André Citroën Crédits : M.A. - Radio France

Depuis des années, la France est dans le collimateur de Bruxelles en raison de la mauvaise qualité de l’air dans plusieurs villes. Paris, bien-sûr, mais aussi Lyon, Marseille, Bordeaux ou Lille. Et même Chamonix, Avignon ou encore Fort de France à la Martinique et Saint-Pierre à la Réunion. Depuis février 2013, la France risque une amende de 240 000 euros par jour si les normes européennes de qualité de l’air ne sont pas respectées d’ici 2014. Le ministère de l’écologie reconnait que 40 000 décès prématurés par an en France sont dus à la pollution atmosphérique. Il a décidé de mettre en place des Zones d’actions prioritaires pour l’air, les Zapa. Il revient aux collectivités locales de prendre des mesures pour réduire, en particulier, l’accès des automobiles au centre ville. Ce qui impose des capacités accrues pour les transports publics.

Le problème, avec la pollution atmosphérique, c’est qu’elle reste invisible la plupart du temps. Les particules les plus dangereuses pour l’organisme sont d’ailleurs les plus fines car elles pénètrent plus facilement dans les poumons. D’où l’intérêt de l’initiative prise par la Ballon de Paris qui mesure, en temps réel, la qualité de l’air dans le parc André Citroën où il est installé depuis 1999, à l’ouest de la capitale. Par ailleurs, les données fournies par les stations d’Airparif s’affichent sur le ballon avec un code de couleur. Un projet de recherche sur lequel nous allons revenir et qui peut contribuer à la prise de conscience de la pollution urbaine par le grand public. Mais ce dernier n’est guère en mesure de résoudre seul le problème de la qualité de l’air dans les villes.

Pourquoi la France apparaît-elle comme le mauvais élève de l’Europe en matière de pollution atmosphérique ?

Comment la disparition progressive des usines dans les villes et les améliorations des moteurs automobiles agit-elle sur la qualité de l’air ?

Quelles mesures permettraient de parvenir, au moins, à respecter les normes européennes en la matière ?

Vidéo :

Intervenants :

  • julien Assoun : ingénieur, en charge de l'Air, des Véhicules et des Transports à la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l’énergie d'Ile-de-France ((DRIEE-IF) ).
  • Karine Léger : adjointe au directeur en charge de la communication d’airparif
  • Christophe Declercq : épidémiologiste à l’institue de veille sanitaire
  • Jérôme Giacomoni : Président du Groupe Aerophile


Ecouter le direct
Le direct