La révolution numérique de l'éducation a-t-elle eu lieu?



30.11.2012
57 min

La classe Star Trek du projet SynergyNet - Photo : Université de Durham
La classe Star Trek du projet SynergyNet - Photo : Université de Durham Crédits : Université de Durham
A quelques encablures de la Maison de la radio, porte Dauphine les Assises du numérique viennent tout juste de fermer leur porte. Pour cette cinquième édition, l’un des thèmes abordés a été : « De la craie à la tablette numérique : la révolution éducative ». La formulation révèle, peut-être, le fond du problème. La révolution de l’éducation par le numérique est souvent abordée par le biais du matériel. Les ordinateurs, les logiciels, les écrans, Internet ou Twitter seraient les acteurs de cette révolution. Or, la publication, cette semaine du résultat du projet SynergyNet, une expérience sur 400 élèves coûtant 15 millions d’euros menée en Grande-Bretagne pour évaluer l’impact des bureaux-écrans multitouch sur l’apprentissage des maths, est essentiellement axée sur l’organisation de la salle de classe autour de ces outils. Plus interactif, l’équipement de la salle de classe baptisée Star Trek, a permis d’enregistrer des progrès de 46% des élèves contre 16%, dans le même temps, avec les traditionnelles feuilles de papier.

La révolution éducative naîtrait ainsi des modes d’apprentissages que la technologie rend possible. Et au cœur de ces modes d’apprentissage, on trouve, bien entendu, le professeur, l’enseignant sans lequel rien n’est vraiment possible. Lors des Assises du numérique, installées au milieu de l’université de Paris-Dauphine, on pouvait apercevoir, par les fenêtres, des salles de classe strictement identiques à celles des années 1970. Le professeur, devant un tableau maniait la craie face à des élèves. La révolution de l’éducation a-t-elle eu lieu ici ? On peut tenter de répondre à cette question mais également s’interroger sur son sens véritable et sur ses réelles implications sur le système éducatif dans son ensemble.

Où en est le système éducatif français dans cette révolution si souvent annoncée ?

Comment la France peut-elle se retrouver distancée dans la plupart des classements internationaux d’évaluation du niveau scolaire des élèves ?

Pourquoi les multiples expérimentations concluantes de nouvelles pédagogies exploitant les nouvelles technologies ne parviennent-elles pas à la généralisation ?

Quels sont les points de blocage qui pénalisent la France ?

Qu’attendent les enseignants pour franchir le pas ?

Invités: Alexandre Acou, professeur des écoles en CM2, prof de la @Classe_Acou dans le quartier chinois de Paris. Paul Mathias, inspecteur général de l'éducation nationale, doyen du groupe de philosophie

Olivier Perlot, vice-président de l'Université de Reims Champagne-Ardenne, délégué à l'Université Numérique et ancien directeur-adjoint de l'IUFM de Champagne.

Serge Pilicer, président-Fondateur des Assises du Numérique François Taddéi, généticien, directeur de recherche à l’Inserm et membre du Haut Conseil à l’Education

Vidéos :

Intervenants :

  • Olivier Perlot : Vice-Président de l'URCA en charge de l'Université Numérique et d'ancien directeur-adjoint de l'IUFM.
  • François Taddei : directeur de recherche à l'inserm. Directeur du centre de recherches interdisciplinaires
  • Paul Mathias : philosophe
  • Alexandre Acou : professeur des écoles
  • Serge Pilicer : organisateur du 5Plus City Forum sur l'innovation numérique, Président-Fondateur des Assises du Numérique


Ecouter le direct
Le direct