La Douleur (1/4) : « Ecouter la plainte »



11.02.2013
54 min

Un documentaire de Claire Hauter et Christine Robert

Le Dr Louis Brasseur à l’hôpital Bichat
Le Dr Louis Brasseur à l’hôpital Bichat Crédits : Claire Hauter
Hôpital Bichat, dans le quartier populaire de la porte de Clignancourt au nord de Paris : dans un vieux bâtiment en brique, un modeste panneau indique le chemin de l’« Unité douleur ». A sa tête le Dr Louis Brasseur, anesthésiste de formation et algologue par vocation. Dans un bureau tapissé de vieilles affiches de cinéma et de théâtre, de reproductions d’œuvres d’art primitif il reçoit chaque matin ses patients.

Suites d’accidents du travail ou de la circulation, séquelles chirurgicales ou chimiothérapiques, douleurs chroniques, c’est généralement au terme d’un laborieux parcours de généralistes en spécialistes que les patients, arrivent à la consultation. L’entretien vise à considérer le patient dans son entier, corps et psyché, sachant que les attentes, les émotions et la mémoire jouent un rôle décisif sur la physiologie de la douleur. L’écoute attentive et empathique est alors essentielle, d’autant que la douleur physique se double d’une vraie souffrance psychique. Mais seul un travail pluridisciplinaire est la clef d’une possible réussite du traitement : d’où la concertation avec ses confrères du service – le Dr Lutz, neurologue, le Dr Decour, psychiatre ou la psychologue Catherine Guillemont. Si avoir mal c’est être dans la certitude, entendre quelqu’un qui a mal, c’est être dans le doute permanent d’autant que si l’arrivée des traitements morphiniques il y a trente ans, a permis des progrès dans le traitement des douleurs, cette pharmacologie est encore en phase empirique et les effets secondaires des traitements doivent être en permanence évalués.

On nomme « douleur chronique » une douleur quotidienne depuis trois à six mois au moins. Les personnes âgées, de classe socio-économique défavorisée, ayant un faible niveau d’éducation et un travail manuel, ont un risque particulièrement élevé d’en souffrir. Ses conséquences sur la qualité de vie sont multiples : consommation médicale accrue, baisse d’activité sociale et professionnelle (61 %), perte d’emploi (19 %), dépression (21 %)… En France, on estime que 20 % de la population souffre de douleurs chroniques, mais que seuls 2 % seulement sont traités par un spécialiste de la douleur. Et si les centres d’évaluation et de traitement de la douleur se sont multipliés depuis une vingtaine d’années, ils restent pourtant mal connus du grand public bien qu’ils accompagnent un vrai enjeu de santé publique.

Avec :

Dr Louis Brasseur, responsable du centre de traitement des douleurs de l’hôpital Bichat-Claude Bernard

Dr Gina Lutz, neurologue

Catherine Guillemont, psychologue clinicienne.

Production : Claire Hauter

Réalisation : Christine Robert

Mixage : Bruno Mourlan

Le 13 février : Journée Mondiale de la Radio



Ecouter le direct
Le direct