Libération sur le net : l’équilibre entre gratuit et payant



15.05.2013

__ > Journée cause commune avec Libération : Le portrait de dernière page | Le nouvel enjeu du web

Florent Latrive
Florent Latrive Crédits : Isabelle Lassalle
L’avenir d’un quotidien comme Libération passe par une bonne alchimie entre le web et l’imprimé. Cette première étape s’est construite depuis quelques années et la complémentarité des deux supports est maintenant acquise. L’enjeu aujourd’hui, c’est de réussir l’équilibre entre payant et gratuit.

A Libération, les services s’organisent en plateaux : monde, politique, économie… et web. Il existe donc un service dédié à la production de contenus spécifiques pour le net. Il compte vingt-cinq postes. Mais l’organisation a évolué à l’occasion de la dernière présidentielle pendant laquelle un nouveau dispositif a été mis en place.

Quelques personnes de l’effectif web ont ainsi rejoint le service politique de la production papier. Cette solution avait déjà été tentée, il y a quelques années, sans grand succès. Mais cette fois-ci, les équipes étaient prêtes et Florent Latrive, rédacteur en chef adjoint du site web de Libération, explique comment s'est opérée cette décentralisation du service web :

Écouter
Écouter

Richard Poirot
Richard Poirot Crédits : Isabelle Lassalle
Un nouveau site pour une meilleure visibilité de la partie payante
Depuis sa création, l’ensemble du site de Libération a toujours été gratuit, indépendamment de la nature des articles, c'est-à-dire qu’ils soient écrits pour le papier ou pour le web. Mais depuis trois ans, le site propose deux parties : l’une gratuite et l’autre payante.

« Le problème, c’est que cette partie payante n’a pas assez de visibilité sur le web » selon Richard Poirot, rédacteur en chef adjoint du site web. Libération prépare donc un nouveau site dont la sortie est prévue pour le second semestre de l’année 2013 :

Ce nouveau site s’adaptera automatiquement à la taille des écrans de tous les supports numériques. Il prendra également en compte les nouveaux usages de consommation de l’information via le numérique. Une bonne nouvelle pour les 12 000 abonnés purs digitaux que compte déjà le journal.

Les supports numériques sont ainsi envisagés dans une nouvelle perspective : ils ne sont plus seulement un moyen de lire le journal mais ils permettent d’accéder à toute l’information produite par Libération, à tout moment. La temporalité n’est donc plus celle du papier ou du kiosque mais les rythmes changent, tout en gardant les repères du quotidien. L'actu de la semaine en scrapbooking

L'une des réalisations du service web en vidéo : toutes les informations de la semaine, découpées dans les pages du quotidien.

Diffusion de la presse en numérique : des débuts contrastés mais en croissance. Pixel

Un reportage multimédia et interactif réalisé par Isabelle Lassalle début mars.

Isabelle Lassalle

Ecouter le direct
Le direct