Le direct

Istanbul était un conte


Saga familiale, livre-fleuve, déambulation intime et roman-monde, Istanbul était un conte est tout cela à la fois. Issu d’une famille juive séfarade arrivée à Istanbul au moment de la Reconquista, l’écrivain plonge dans la mémoire de sa ville natale comme s’il ouvrait une malle aux trésors. Les objets, les tableaux et les photographies sépia s’animent, et c’est la vie quotidienne de trois générations de Juifs stambouliotes au cours du XXe siècle qui prend forme. Il faut accepter de se perdre dans les ruelles étroites de la ville, sur les rives du Bosphore et dans les méandres des histoires familiales : au gré des errances du narrateur, dévoilant à travers mille récits et anecdotes les secrets de chacun de ses quarante-sept personnages (qu’il inventorie dans un lexique en début d’ouvrage), le charme agit. Istanbul est un conte, comme le sont les aventures, réelles ou rêvées, de ses habitants. D’une histoire à une autre, se dessine le portrait d’une ville-monde, mais aussi son évolution vers la modernité. La ville cosmopolite et accueillante pour les communautés étrangères change au fil des ans, tandis que retentissent jusqu’au cœur des foyers les tragédies du siècle. Puissamment nostalgique, le livre de Mario Levi tente, et ce n’est pas son moindre attrait, de sauver un monde englouti, un monde de commerçants parlant encore le yiddish et le ladino, un monde où cohabitaient toutes les traditions et toutes les religions. Istanbul était un conte est le chant d’amour de l’écrivain à sa ville, en même temps qu’une formidable invitation au voyage.

Roman traduit du turc par Ferda Fidan.

Ecouter le direct
Le direct