Programmes

La Nuit - Cinéma japonais 1/2 par Albane Penaranda

Maquette de costume par Hiroshi Mizutani pour "L’Impératrice Yang Kwei Fei" de Kenji Mizoguchi, 1955
Maquette de costume par Hiroshi Mizutani pour "L’Impératrice Yang Kwei Fei" de Kenji Mizoguchi, 1955 Crédits : Coll La Cinémathèque française – Don Teinosuke Kinugasa 1961 © Hiroshi Mizutani

La Porte de l'enfer de Teinosuke Kinugasa en 1954, Kagemusha d'Akira Kurosawa en 80, Shōei Imamura par deux fois, avec La Ballade de Narayama en 83 et L’Anguille en 97... Plusieurs fois le cinéma japonais a été distingué de la suprême récompense du Festival de Cannes, et à de multiples reprises, avec Ichikawa, Teshigahara, Kobayashi, Kinugasa ou Oshima, il a figuré à son palmarès. À l'occasion de la 70ème édition du Festival, pour célébrer le septième art, France Culture propose deux Nuits consacrées au cinéma japonais.

Pascal-Alex Vincent, spécialiste du cinéma japonais, et Hervé Pichard, de la Cinémathèque Française, nous accompagnent dans cette première Nuit. Avec eux, nous voyageons dans l'histoire du cinéma au Japon pour en dégager les différents moments depuis ses débuts, à l'aube du vingtième siècle, jusqu'à la fin des années cinquante et l'émergence de sa Nouvelle Vague. Nous voyons comment s'est développée l'industrie cinématographique, jusqu'à devenir l'une des plus prolifiques au monde, dans un pays pétri de traditions, passé en accéléré des temps féodaux aux temps modernes ; comment le cinéma y a traversé les tremblements de terre et les cataclysmes d'une histoire ravagée par la folie militaro-nationaliste payée de destructions massives et d'une occupation étrangère.

Longtemps l'Occident a résumé la cinématographie nippone aux seuls noms de ses maîtres Mizoguchi, Ozu, Kurosawa et à quelques-uns de leurs films. Même si depuis quelques années, l'univers de la Princesse Mononoké et du Voyage de Chihiro est devenu familier aux enfants du monde entier, la cinématographie japonaise reste largement méconnue. Cette Nuit est une invitation à mieux connaître les premiers âges d'un cinéma dont l'essentiel du patrimoine d'avant 1945 fut détruit ou éparpillé par les catastrophes naturelles, les bombardements et les censures successives.

Ecouter le direct
Le direct