LE DIRECT

La Nuit rêvée de Patrick Coutin, Par Albane Penaranda


Patrick Coutin © Alain Fretet

Dans les années 60 et 70, la musique venue d'Amérique promettait le monde. Patrick Coutin s'y est plongé à Sarcelles et a nagé jusqu'à la côte Ouest, avant de se retrouver un jour dans les mythiques studios d'Hérouville et d'y enregistrer un titre qui devait se vendre comme des petits pains : "J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage… Sur leur peau le soleil caresse bien trop sage… Le vent qui les décoiffe au goût de sel sur mes lèvres…".

Dans sa nouvelle L'homme qui regardait les femmes, Frédéric Beigbeder, qui semble en  connaître un rayon, est formel : "L'hymne des plages, selon moi, n'est pas 'Sea, Sex and Sun' de Serge Gainsbourg mais plutôt 'J'aime regarder les filles' de Patrick Coutin. C'est une chanson magnifique. Chaque fois que je m'allonge sur du sable, j'entends cette ode à la frustration sexuelle, cette apologie du voyeurisme balnéaire. Je pense à ces milliers d'après-midi écrasants, passés à observer les demoiselles dorées, en monokini, à Bidart, Biarritz ou Saint-Tropez, sans jamais oser les aborder."

Ce n'est pourtant pas à cette seule chanson que Patrick Coutin doit d'être invité à composer sa "Nuit rêvée", mais plus à la manière dont il a pleinement vécu une époque qui était encore celle de toutes les espérances, de toutes les expériences et des contestations incontestables. Parmi ceux qu'il a choisi de nous faire écouter dans sa Nuit, des noms sont l'écho de ce temps : Jack Kerouac, William Burroughs, Jimi Hendrix, Bob Dylan, Angela Davis, Mohamed Ali. 

Dans l'histoire de Patrick Coutin, ici et là, beaucoup reconnaîtront la leur. D'autres apprendront qu'avoir vingt ans au début des années 70, dans une cité de banlieue, n'empêchait pas une existence d'être marquée du sceau indélébile de la liberté, pour peu qu'on ait comme lui l'esprit curieux et aventureux. 

Patrick Coutin se produira le 19 septembre 2019 avec son groupe à La Dame de Canton, Port de la Gare, 75013 Paris.

Angela Davis : "Pour détruire les racines du racisme il faut renverser tout le système capitaliste"
19 min
Les Nuits de France Culture
LE 22/01/2017

En mai 1975, Angela Davis donnait un entretien dans le cadre des "Après-midi de France Culture". Jean Montalbetti recevait la militante de passage à Paris....

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.