Programmes

La Nuit spéciale - La nuit des espions 2/2 : Les histoires d’espionnage par Albane Penaranda

Catalogue de l'exposition : Guerres secrètes
Catalogue de l'exposition : Guerres secrètes Crédits : Musée de l'Armée

C'est à l'espionnage dans la fiction qu'est consacrée cette seconde Nuit des espions, intitulée Les histoires d'espionnage. Romans, films, séries…, décliné sur tous les modes, le genre, qui semble inépuisable, a su se renouveler à toutes les époques. Agents doubles, double-fond, double vie, trahisons, manipulations, identités gigognes et meurtres entre amis… La romanesque réalité des guerres secrètes a souvent livré, clés en main, personnages et scénario aux auteurs de fictions. Mais, propice à l'imagination, c'est sans doute l'ombre qui l'enveloppe qui fut la meilleure inspiratrice de ceux que l'on croise au cours de ce programme.

Dans cette deuxième Nuit des espions, après la première consacrée aux "Soldats de l'ombre", on trouve au rayon littérature : Rudyard Kipling à propos de Kim et Joseph Conrad pour L'Agent secret. On entend Josette Bruce parler de "son cher Hubert", bien avant que OSS 117 n'ait le visage de Jean Dujardin. Coplan est présenté par Paul Kenny son auteur, ou plutôt son duo d'auteurs, et l'ancien du MI5 et MI6, David Cornwell, alias John le Carré, est là en la personne de Georges Smiley. Qui mieux qu'Alfred Hitchcock pouvait représenter le film d'espionnage ? De sa période anglaise à ses années américaines, son génie du récit et de la forme a donné du genre sa plus belle expression. James Bond, l'agent secret par excellence, ne pouvait évidemment pas manquer à l'appel. Depuis sa naissance en 1953 dans les romans de Ian Fleming, de Sean Connery à Daniel Craig, il défie le temps sur grand écran depuis plus d'un demi-siècle. Enfin, de Destination Danger à Mission impossible, en passant par Des agents très spéciaux et Chapeau melon et bottes de cuir, la libre fantaisie des séries "cultes" des 60's et 70's complète le programme.

Au cours de cette nuit, Patrick Brion et Matthieu Letourneux nous aident à comprendre comment la fiction s'est nourrie de la réalité des guerres secrètes, mais aussi des fantasmes engendrés par cet univers de l'ombre qui depuis toujours fascine le public. Albane Penaranda reçoit Patrick Brion, historien du cinéma et Matthieu Letourneux, spécialiste de littérature populaire et de la culture médiatique, maître de conférences à l'Université de Paris Ouest.

Ecouter le direct
Le direct