LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Petite histoire du drapeau

Le drapeau

4 min
À retrouver dans l'émission

Des champs de bataille jusqu'à nos balcons aujourd'hui, quelle est l'histoire du drapeau ? Cet objet serait-il... éminemment politique ?

Petite histoire du drapeau
Petite histoire du drapeau Crédits : Malte Mueller - Getty

Dans Le Magasin du Monde_,_le géographe Fabrice Argounès raconte les différents usages du drapeau.

Quel est le premier objet choisi pour représenter l’humanité sur la Lune en 1969 ? Un drapeau.
Oui, c’est un drapeau que les membres de la mission Apollo 11 ont planté sur le satellite naturel de la Terre. Mais pas n’importe lequel. Le drapeau des États-Unis qui apparaît alors comme l’expression d’un acte symbolique de fierté patriotique et non comme une déclaration d’appropriation nationale.  

De l'exploration à la colonisation

Bien avant la Lune, de nombreux drapeaux furent plantés aux quatre coins de la planète.
Dans les représentations collectives, les drapeaux symbolisent bien souvent la période des explorations et de la colonisation. Ainsi, dès la fin du XIXe siècle, le drapeau tricolore flotte sur les capitales conquises alors même que les troupes françaises ne contrôlent pas effectivement les territoires revendiqués par la France.
Il s’agit alors de s’approprier symboliquement le plus tôt possible des espaces ultramarins convoités avant que des puissances rivales s’en emparent.  

Planter le drapeau national est également le premier réflexe des explorateurs  : par exemple la Bannière étoilée au pôle Nord par Robert Peary en 1909 et l’Union Jack au pôle Sud par Robert Falcon Scott en 1912. 

Le drapeau est pourtant une invention récente. Bien sûr, les familles aristocratiques européennes ou les clans japonais arboraient des blasons et des armoiries. Mais c’est la mondialisation maritime du XVIIIe siècle qui est à l’origine d’une large diffusion des pavillons, ces pièces d’étoffe de différentes formes tendues par le vent. On pense au pavillon des pirates, leur fameux  Jolly Roger avec son crâne et ses deux tibias entrecroisés.  

Les drapeaux n’ont pas toujours été rectangulaires  : il en existait des triangulaires, des effilés, des fourchus. Mais en Europe, c’est le rectangulaire qui s’est imposé et qui a ensuite essaimé en moins d’un siècle dans le reste du monde. Aujourd’hui, seuls deux drapeaux nationaux sont encore carrés, ceux du Vatican et de la Suisse, auxquels il faut ajouter celui du Népal, de forme bi-triangulaire.
C’est d’ailleurs le dernier représentant des étendards en triangle dont l’exemple le plus connu était le drapeau de la dynastie Qing, jusqu’à la proclamation de la République de Chine en 1912. 

A l’origine, partout dans le monde, le drapeau permet de distinguer l’allié de l’ennemi sur un champ de bataille. C’est l’objet qui incarne le destin militaire d’une nation. Comme l’indique Lamartine en février 1848, lors de la proclamation de la République devant l’hôtel de ville de Paris. Devant la foule qui réclame un drapeau totalement rouge pour le nouveau régime, le poète déclare  : 

Si vous m’enlevez le drapeau tricolore, sachez-le bien, vous m’enlèverez la moitié de la force extérieure de la France […]. La France et le drapeau tricolore, c’est une même pensée, un même prestige, une même terreur, au besoin, pour nos ennemis ! 

Un objet politique

En incarnant une identité partagée et des obligations mutuelles, les drapeaux agissent comme des totems. Certains possèdent leur propre protocole de pliage. Ainsi le drapeau triangulaire sikh, le nishan sâhib, fait l’objet d’une grande sacralisation par les fidèles du sikkhisme. Il possède un titre honorifique – sahib - et, lors des cérémonies, il est lavé avec un mélange de lait et d’eau avant d’être séché avec des serviettes propres. Mât et drapeau sont traités comme une personne sainte et suscitent des dévotions particulières. C’est pour cette raison que de nombreux pays, comme la France en 2011, considèrent comme un « outrage » la dégradation publique du drapeau national, qui est condamné par la loi.  

Certains drapeaux provoquent encore des controverses. C’est le cas du drapeau confédéré (Dixie flag), symbole esclavagiste ou ségrégationniste. Idem pour le drapeau tibétain, interdit depuis 1959 en République populaire de Chine, qui représente la résistance du gouvernement tibétain en exil.  

Car au-delà des emblèmes nationaux, certains drapeaux sont les symboles d’un projet ou d’un combat universel. Le drapeau rouge, intimement associé au mouvement socialiste, a été repris par des régimes issus des révolutions communistes, de l’URSS à la République populaire de Chine. Quant au drapeau arc-en-ciel, il illustre aujourd’hui toutes les fiertés de la communauté LGBTQIA .  

S’ils ont désormais quitté les champs de bataille au profit des balcons, des concerts et des stades, les drapeaux demeurent partout dans le monde le principal objet qui porte les identités collectives. 

Chroniques
7H24
4 min
Le Reportage de la Rédaction
Athos, une maison pour les militaires blessés psychiques
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......