LE DIRECT
Pour éviter de se grimer en noirs, les comédiens avaient proposé de porter des masques de couleurs.  Capture d'écran Facebook La Sorbonne

Eschyle et le Blackface : plus personne ne se comprend ou plus personne ne se croit

3 min
À retrouver dans l'émission

Le prétendu cas de BlackFace qui a entraîné l’annulation d’une pièce d’Eschyle à La Sorbonne, agit comme un chiffon rouge. Il n’y a rien d’autre à savoir, ni comprendre ni même à constater dans la pièce de théâtre, il faut empêcher sa représentation.

Pour éviter de se grimer en noirs, les comédiens avaient proposé de porter des masques de couleurs.  Capture d'écran Facebook La Sorbonne
Pour éviter de se grimer en noirs, les comédiens avaient proposé de porter des masques de couleurs. Capture d'écran Facebook La Sorbonne

Il arrive un moment où même vos amis deviennent vos ennemis, et où dans une société en miettes, les gens ne se comprennent ou ne se croient plus les uns les autres. Le constat de l’écrivain Salman Rushdie sur les États-Unis s’applique à la France dans cette séquence-baromètre des crispations identitaires.

L’esprit des campus américains en pleine guerre des représentations et des appropriations culturelles a bien traversé l’atlantique. C’est à l’université de la Sorbonne, que lundi la tragédie « Les Suppliantes », premier volet des Danaïdes d’Eschyle, a dû être annulée. « Les comédiennes et comédiens ont été empêchés de force de rentrer se préparer et le public a été tenu dehors par des individus accusant la mise en scène de racialisme » raconte le communiqué de la présidence de l'université.

Les ministres de la Culture et de l’Enseignement Supérieur condamnent cette « atteinte sans précédent à la liberté d’expression et de création dans l’espace universitaire » et une nouvelle représentation des « Suppliantes » sera organisée dans les prochaines semaines.

Le déroulement des événements suit une trajectoire désormais modélisée. Phase 1 : inflammation sur les réseaux sociaux, insultes, appels au boycott (slash annulation slash suppression) de telle ou telle œuvre ou image ; relais associatif, pressions, puis censure.

En l’occurrence c’est l’image d’une répétition affichée sur le site de la Sorbonne qui a déclenché la tempête. Pour cette pièce qui avait été jouée l’année dernière, provoquant déjà quelques remous, le metteur en scène Philippe Brunet a voulu marquer l’opposition entre les grecs d’Argos supposés plus ou moins blancs et les Danaïdes d’Égypte à la peau plus noire. Dans la tradition du théâtre antique, il a symbolisé cette distinction d’ethnies géographiques et non pas raciales avec des masques. Mais lors de la répétition, et sur la photo diffusée par la Sorbonne, c’est une comédienne blanche recouverte d’une peinture cuivrée qui apparaît. À partir de là, la discussion s’arrête.

Pour les étudiants et les associations qui se sont mobilisés sur les réseaux sociaux c’est un cas de « blackFace » c’est à dire cette façon stéréotypée et raciste de se grimer en noir lorsqu’on est blanc. Une pratique venue des affreux « minstrels » américains, shows ségrégationnistes du XIXème siècle.

Ce prétendu cas de « BlackFace » agit comme un chiffon rouge. Il n’y a rien d’autre à savoir, ni à comprendre, ni même à constater dans la pièce de théâtre, il faut empêcher sa représentation. Que le metteur en scène Philippe Brunet brillant helléniste soit celui qui défende la part africaine des grands récits grecs notamment chez Homère, bref qu’il soit précisément l’allié et l’ami d’une ré-appropriation culturelle, n’a aucune importance. Que cette censure fasse parfaitement le jeu des discriminations que les militants prétendent combattre, non plus. 

Louis-Georges Tin, président d’honneur du CRAN qui soutient cette action contre « Les Suppliantes » précise « Nous avons interpellé Philippe Brunet dès vendredi sur les réseaux sociaux, et il n’a pas réagi à nos sollicitations. Je ne mets pas en doute ses intentions, mais nous disons : l’erreur est humaine, la persévérance est diabolique ».

Désormais, après l’ultimatum dans l’espace virtuel, faudra-t-il donc passer à la censure physique dans l’espace réel ? Le baromètre grimpe en pression. Sans oublier la phase 2 de cette controverse, modélisée elle aussi : la crispation identitaire contre ces mouvements qualifiés d' « indigénistes ». Plus personne ne se comprend ou plus personne ne se croit, comme disait Salman Rushdie.

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

L'illusion de la Belle Époque
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......