LE DIRECT
Reportage aux urgences de l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-Sous-Bois.

Affronter l’urgence

57 min
À retrouver dans l'émission

L’urgence était déjà un trait caractéristique du présent, à travers sa généralisation, sa « dictature », les moyens d’y résister, de la hiérarchiser, d’y répondre. Mais la pandémie l’a encore intensifiée, et elle se prolonge maintenant, dans le temps.

Reportage aux urgences de l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-Sous-Bois.
Reportage aux urgences de l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay-Sous-Bois. Crédits : BSIP/Universal Images Group - Getty

Mais y a-t-il vraiment et toujours urgence ? L’urgence vitale est-elle capable aussi d’avoir un aspect positif, par exemple en dissipant les fausses urgences qui nous gouvernent, à travers lesquelles on nous gouverne ? Comment les professionnels, médicaux par exemple, et les sujets humains, peuvent-ils affronter l’urgence ? On en discute avec Pierre Valette, médecin urgentiste, chef de service du Samu des Hauts de France et philosophe, ainsi qu’Hélène L’Heuillet, philosophe et psychanalyste, l’un et l’autre penseurs et praticiens du temps de l’urgence, ses risques, sa construction, ses ressources pour en faire une analyse elle-même urgente, à présent.

Ce que je critique, c'est le paradigme de l'urgence. J'ai pu lire parfois que certains ne pouvaient pas se concentrer sur leur travail intellectuel parce qu'on ne pouvait pas, étant donné l'urgence qui régnait dans les hôpitaux, dans la médecine, être à ce point peu empathique. C'est un raisonnement que je conteste beaucoup. C'est comme ça qu'on perd le temps subjectif parce qu'on aide personne en n'étant pas concentré sur son travail. Ça n'aide pas les médecins. Ça n'aide pas les malades. Hélène L’Heuillet

L'urgence ne permet pas un dialogue qui aboutit à une explication complète de ce que l'on va réaliser auprès de la personne. Ce n’est pas pareil pour un chirurgien qui rencontre un patient, lui explique les tenants et aboutissants de son intervention chirurgicale, les complications possibles et puis finalement, laisse le choix au patient. (…) Dans l'urgence, il y a effectivement une forme de prise de pouvoir parce que, justement, le temps ne nous permet pas de recueillir le consentement de la personne. Le réel est là pour nous presser. Pierre Valette

Extraits musicaux choisis par les invités 

Le choix de Pierre Valette : " September song " par Agnès Obel - Album : " Aventine " (2013) - Label : Play it again Sam.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le choix d'Hélène L'Heuillet : " L'Estaca " par Lluis Llach - Album : " Les seves primeres cançons " (2007) - Label : Picap.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Psychanalyste, philosophe, maîtresse de conférences en philosophie politique et éthique à Sorbonne-Université
  • Docteur en médecine et docteur en philosophie
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......