LE DIRECT
.

De l’interruption en général et du Brexit en particulier !

57 min
À retrouver dans l'émission

Ces derniers mois, nos vies n’ont cessé d’être interrompues nous poussant à maintenir les liens et à en créer de nouveaux. À partir du cas du Brexit, "À présent" discute la question de l’interruption avec Marc Porée et Pauline Schnapper.

.
. Crédits : © KTSDESIGN / Coll. Science Photo Library - Getty

Interrompre, c’est couper un lien qui ne demande qu’à reprendre, un élan, comme un courant électrique, d’un clic, d’un cliquet. L’interruption, c’est le mot et le mystère de l’époque, de la pandémie, du confinement : qu’est-ce qui est interrompu, qu’est-ce qui continue par dessous la coupure ? Mais que dire alors dans toutes ces interruptions du cas du Brexit ? Comment fait-il résonner ce mot, cette énigme, cette coupure de courant, cette interruption qui menace la planète ? Il faut croiser, pour le savoir, la littérature, en plus d’une langue, et la science politique avec toutes ses facettes. C’est ce que nous faisons avec Marc Porée et Pauline Schnapper, tous deux attentifs à ce que l’interruption veut dire, et aussi en anglais : Sorry to interrupt ! Désolé d’interrompre ! What’s next ?  Et si on continuait, malgré tout ? 

Avec Marc Porée, professeur de littérature anglaise à l'École Normale Supérieure et Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique contemporaine à l’université Sorbonne Nouvelle. 

Je ne sais pas si le Brexit est vraiment une interruption. En tout cas, c’est très certainement une crise qui se déploie sur la durée. Il y a l'aboutissement de quelque chose de très profond, de très lointain et même temps de très récent. C’est, comme toujours, un mélange d'éléments conjoncturels et d'éléments structurels d'histoire profonde. Pauline Schnapper

Pour l’instant - je parle du temps présent - les Anglais n’ont pas eu le temps de digérer, semble-t-il, le Brexit dans toutes ses conséquences. Ils redoutaient une sorte de blocus à un moment donné, une forme d’assèchement de l’approvisionnement (…). Pour l’instant, ils tâchent de résister, en se disant que c'est ça l'héroïsme. Marc Porée au sujet des Anglais face à la pandémie de Covid-19.

Face à l'interruption, il reste la force des institutions. Et les institutions politiques, en l'occurrence, ce n’est pas simplement ce qui encadre, c’est aussi ce qui préserve et ce qui permet à la discussion, au débat démocratique, de se dérouler comme la loi, comme l'État de droit. Les institutions sont ce qui permet la liberté, là où l'interruption de la foule, de l'émeute, de l'insurrection est tout sauf la démocratie. Pauline Schnapper au sujet de l'invasion du Capitole américain par des manifestants pro-Trump aux États-Unis.

Pour en savoir plus 

La page et les publications de Pauline Schnapper sur le site de l'université Sorbonne Nouvelle

Pauline Schnapper dans Les Experts du dessous des cartes (ARTE) : Brexit or not Brexit ? 

La page et les publications de Marc Porée sur le site de l'École Normale Supérieure

Choix musicaux

Chanson choisie par Marc Porée : "The French Brexit Song" par Amanda Palmer, Sarah-Louise Young & Maxim Melton - Album : The French Brexit Song. 

Chanson choisie par Pauline Schnapper : "With God on Our Side" par Joan Baez - Album : In Concert, Pt. 2 (live) (1963) - Label : Vanguard Records. 

Intervenants
  • Professeur de littérature anglaise à l'Ecole Normale Supérieure
  • Professeure de civilisation britannique à l’université Sorbonne Nouvelle
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......