LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Participants tenant une banderole devant Fox News à Manhattan : "Chaque vote compte / Comptez chaque vote" (22/10/2020)

La faille américaine ébranlera-t-elle le monde ? La vibration de l'événement avec Pap Ndiaye

58 min
À retrouver dans l'émission

L’élection présidentielle américaine est au carrefour de tous les enjeux du présent, et ce n’est pas une vaine image. Toutes les lignes de force convergent vers une faille qui menace de se creuser. Nous en parlons avec l'historien Pap Ndiaye.

Participants tenant une banderole devant Fox News à Manhattan : "Chaque vote compte / Comptez chaque vote" (22/10/2020)
Participants tenant une banderole devant Fox News à Manhattan : "Chaque vote compte / Comptez chaque vote" (22/10/2020) Crédits : Erik McGregor/LightRocket - Getty

La démocratie aux prises avec son aspect le plus concret qui soit : le vote. Le racisme avec son histoire la plus globale qui soit : l’esclavage, l’Amérique mais aussi l’Europe et l’Afrique. La confiance dans les institutions locales, nationales et mondiales. Or,  cette convergence dangereuse des plaques souterraines de l’histoire, c’est aussi celle, lumineuse, des travaux d’un historien : Pap Ndiaye. Il est non seulement expert de l’un des sujets du moment, « la condition noire », mais de tous les sujets qui convergent en ce moment. Historien du vote. Historien global. Acteur de l’histoire. Ce n’est pas seulement son savoir, mais son parcours, qui éclaire le présent. S'entretenir avec lui, évoquer jazz et opéra, qui résistent à l’effondrement du monde, c’est sentir toute la vibration du présent, où rien n’est joué.

(A propos de l'élection américaine) Ce qui est en jeu, c'est l'existence de la démocratie, puisque celle-ci est très sérieusement attaquée et remise en cause par le président actuel. Il y a un enjeu presque tragique qui se dessine dans l'élection du 3 novembre. 

Le point le plus critique me semble être à l'heure actuelle la question de l'accès au droit de vote et la question de l'acceptation du verdict électoral : Trump a d'ores et déjà indiqué qu'il n'accepterait pas le verdict si il lui était défavorable. On touche à une contestation fondamentale puisque la démocratie est supposée régler civilement et pacifiquement les différends qui peuvent exister au sein d'une société, avec un accord minimal entre les différentes parties : c'est celui qui consiste, le lendemain du vote, à accepter les choses pour éviter la guerre civile. 

Le vote n'est pas qu'un droit, ce sont aussi des dispositions pratiques qui l'autorisent. Ces questions pratiques comptent autant que le droit formel de voter : si elles ne sont pas construites de manière à favoriser la participation électorale, elles peuvent entraver l'exercice même et décourager des centaines de milliers d'électeurs, particulièrement ceux qui sont dans des situations sociales fragiles. 

Ce qui me touche le plus, ce sont les injustices et particulièrement celles liées à la couleur de peau. Les phénomènes de domination se sont construits historiquement et pèsent sur celles et ceux qui n'ont pas la bonne couleur de peau. Il y a une part de subjectivité parce que je suis un français, mais je suis aussi un homme noir et je l'assume, je le revendique en ouverture et en curiosité, mais aussi en solidarité avec celles et ceux qui souffrent beaucoup plus que moi de formes de racisme et de discrimination. 

(A propos du mouvement Black Lives Matter) C'est le mouvement social le plus important de l'histoire de ce pays, tous mouvements sociaux confondus depuis 1787. Ce qui est frappant, c'est que des segments très importants de la population blanche s'y sont adjoints. Ce ne sont pas simplement les Noirs qui manifestent, mais des parts entières de la jeunesse américaine dans des villes où il n'y a pas un seul noir américain. C'est tout à fait extraordinaire. 

Pour en savoir plus

La page Wikipédia de Pap Ndiaye 

La tribune de Pap Ndiaye sur le site du journal Le Monde 

La page Wikipédia de William Edward Burghardt Du Bois, sociologue américain (évoqué dans l'émission)

Choix musicaux 

Chanson : "Can't Nobody Love You" par Solomon Burke - Album : I Almost Lost My Mind (1964) - Label : Rhino Atlantic. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chanson : "Why ? (The King of Love Is Dead)" par Nina Simone - Album : Sugar In My Bowl: The Very Best of Nina (1998) - Label : RCA Records Label. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Historien, spécialiste de l'histoire des États-Unis
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......