LE DIRECT
Le Capitole, siège du pouvoir législatif américain. Réalisé par William Thornton, avec le soutien de Thomas Jefferson, 1794.

"Make Federal Building Beautiful Again"

3 min
À retrouver dans l'émission

Etats-Unis : un projet de décret présidentiel, visant à faire du style néo-classique le style officiel et par défaut de l'architecture fédérale, inquiète les organisations d'architectes et les sites spécialisés.

Le Capitole, siège du pouvoir législatif américain. Réalisé par William Thornton, avec le soutien de Thomas Jefferson, 1794.
Le Capitole, siège du pouvoir législatif américain. Réalisé par William Thornton, avec le soutien de Thomas Jefferson, 1794. Crédits : Getty

C’est l’histoire d’un slogan. 

Et d’une métonymie. En effet Caroline, si je vous dis Make america great again, “rendre sa grandeur à l’Amérique”, il y a de fortes chances pour que vous l’associiez à Donald Trump. Et même si ce slogan avait été utilisé d’abord par Ronald Reagan puis Bill Clinton pendant leurs campagnes, c’est bien l’actuel président des Etats-Unis qui en a déposé la marque en 2015. Lors de son investiture, Donald Trump, pour conclure son discours, avait décliné la formule sous toutes ses formes : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

“Rendre à l’Amérique sa force, sa santé, sa fierté, sa sécurité et sa grandeur”, formule oblige.  

Mais si je vous parle de ce slogan ce matin, c’est parce qu’une nouvelle déclinaison de la formule enflamme les pages des journaux outre-atlantiques depuis quelques semaines. Il s’agit d’un projet de décret présidentiel rédigé par un lobby, le National Civic Art Society, qui vise à réformer l’architecture fédérale américaine et à couler, au passage, l’organisme public des travaux fédéraux, jugé trop progressiste. Et ce projet s’intitule, (Tenez vous bien), Make Federal Building Beautiful Again. Rendre leur beauté aux bâtiments fédéraux. 

Alors quand on parcourt les huit pages du document qui a fuité sur le site Architectural Record et dans les colonnes du Chicago Suntimes, la surprise cède vite sa place à la consternation. Le décret promet de faire du style néo-classique, c’est à dire s’inspirant des architectures athéniennes et romaines de l’antiquité, le style par défaut de tous les futurs bâtiments officiels. Exit les bâtiments aux formes incongrus signés par de grands architectes, et le document cite quelques scandaleux exemples.

Tribunal Fédéral d'Austin, Texas, Mack Scogin Merrill Elam Architects
Tribunal Fédéral d'Austin, Texas, Mack Scogin Merrill Elam Architects Crédits : Getty

Les arguments avancés sont limpides, je cite : “l’architecture moderne a été, globalement, un échec”. Point. Partant de ce constat sans appel, le document cite les architectures brutaliste et déconstructiviste comme des “fails”, des échecs issus d’une élite déconnectée de, je cite encore, “99% des américains ordinaires”. De son côté, l’esthétique néoclassique, utilisée par “les pères fondateurs” des Etats-Unis pour construire le Capitole ou la Maison Blanche, “trouvent leurs sources dans le berceau européen de la démocratie”. 

L'architecture, un enjeu central de démocratie.

Mais si la question soulève tant de débats, c’est que, pour ceux qui s’opposent à ce projet, comme l’AIA, l’Institut Américain des Architectes, il ne s’agit pas que d’une nostalgie de certains républicains pour le style corinthien ou l’esprit renaissance. L’architecture est un enjeu central de démocratie. Pour le critique d’architecture Philip Kennicott,  vouloir instaurer une architecture uniforme au nom de la beauté et du respect qu’elle inspire est le signe d’un autoritarisme latent.  Au delà des arguments pour et contre, qui font par exemple valoir dans un cas l’adéquation cognitive et biologique des humains à l’architecture néoclassique et dans l’autre le besoin pour un bâtiment de s’inscrire dans un temps, un espace, et une communauté donnée, le débat suscité par ce projet de décret révèle peut être autre chose... 

En s’en prenant à l’architecture contemporaine et en clivant la question du beau, les conservateurs, largement exclus des musées et des universités fédérales, ré-investissent le monde de la culture en l’attaquant. Et en menaçant de signer Make Federal Building Beautiful Again, Donald Trump, qui tient son stylo présidentiel comme une épée de Damoclès au dessus du toit des architectes, distille sa culture de la peur.

par Mattéo Caranta.

Chroniques

8H34
26 min

L'Invité actu

Nonna Mayer : "Les attentats sont un déni de l'humanité"
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......