LE DIRECT
Des manifestantes protestent contre les violences faites aux femmes à la Foire international du Livre de Gualadajara

Mexique : la littérature, le réel, et l'autodafé

3 min
À retrouver dans l'émission

La "Feria Internacional del Libro" est la deuxième plus grande foire de livre au monde.. Elle s'est tenu à Guadalajara au Mexique jusqu'au 8 décembre 2019. Cette année, les mouvements sociaux du continent sud-américain ont traversé les rencontres, tout comme la lutte contre les féminicides.

Des manifestantes protestent contre les violences faites aux femmes à la Foire international du Livre de Gualadajara
Des manifestantes protestent contre les violences faites aux femmes à la Foire international du Livre de Gualadajara Crédits : 6 décembre 2019, Getty

C’est l’histoire d’un mélange des genres. Une vraie bousculade des frontières (dans tous les sens du terme) qui s’est jouée jusqu’au week-end dernier dans la FIL, la Foire Internationale du Livre de Guadalajara, au Mexique. 

D’abord, le plus grand salon littéraire en langue espagnol du monde a dépassé ses records de fréquentations. Il a aussi évincé moult barrières linguistiques, avec son pavillon dédié à la littérature en langue indigène, et son pays mis à l'honneur, l'Inde.  Mais c’est l’introduction du réel dans le territoire de la littérature qui a fait débat.

Débat littéraire

La fiction suffit-elle à décrire le monde ? Peut-on faire récit face à la menace climatique ? Comment transposer un évènement en littérature? Voilà quelques-unes des questions posées pendant le salon pour cette 33e édition.

Parce que si la “non fiction” ou le journalisme narratif est une forme littéraire installée dans les étals des libraires et dans les chiffres de vente des éditeurs mexicains, c’est l’intégration de documents réels dans la littérature qui bouleverse les codes. On parle de littérature documentaire et de formes hybrides. 

Prenons un exemple. Dans La companía où la mexicaine Verónica Gerber dénonce l’impact social et environnemental d’une mine de mercure, l’autrice pose côte à côte un chapitre de science-fiction avec un témoignage, une photographie commentée avec un graphique chiffré, et ainsi de suite.

La littérature s’empare du réel et se fait éditrice de genres nouveaux. Les frontières, je vous le disais, sont sens-dessus-dessous. 

Pour Julio Premat, Professeur de littérature latino-américaine à l’Université de Paris 8-St Denis, cette tendance n'est pas seulement sud-américaine, et répond à la mort annoncée de la littérature, son inefficacité sociale sous-entendu, et la critique de sa capacité à rendre compte de l’humain.

La politique et la question du genre plus forts que la littérature ?

Autant de questionnements bienvenus dans un salon littéraire, et qui ont retenti avec un écho particulier cette année, où l’actualité politique était dans tous les esprits.  En Bolivie, au Chili, en Équateur, en Colombie, presque tous les pays du continent sud-américain ont connu des mouvements sociaux ou des renversements politiques cet automne. La Feria de Guadalajara a donc pris, pendant huit jours, le pouls politique du continent. 

Et les auteurs présents avaient plus l’air de vouloir en découdre avec le réel qu’avec la littérature.

Le réel justement, qui a peut-être fini par prendre le dessus, quand plusieurs centaines de manifestantes féministes sont entrées dans le salon pour dénoncer les plus de 800 crimes sexistes commis chaque année au Mexique. Les manifestantes ont chanté et dansé l’hymne féministe chilien “el violador eres tu”, “le violeur c’est toi”, qui fait le tour du monde depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux.

Des manifestantes qui ont par la suite brûlé un livre de conseil intitulé Psychothérapie pastorale et qui aborde des théories de conversion pour homosexuel. 

La presse et l’opinion publique s’est indignée devant ce qu’elle a considéré comme un autodafé, et tout le monde, le salon, les écrivaines, les écrivains, la littérature, les féministes et les commentateurs se sont dilués dans ce nouveau débat, pour former ce qui pourrait ressembler en définitive aux personnages hybrides d’un roman contemporain....

par Mattéo Caranta

Chroniques

8H34
32 min

L'Invité actu

Jeremy Rifkin : "Le New Deal vert doit se construire à l’échelle locale"

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......