LE DIRECT
Portrait de Mohamed Rouabhi

Mohamed Rouabhi : "On revient à une espèce d'état d'inhumanité"

2 min
À retrouver dans l'émission

Un court entretien comme une humeur du jour à partir de cette question : À quoi pensez-vous ? l'auteur, comédien et metteur en scène Mohamed Rouabhi, y répond au micro d’Arnaud Laporte.

Portrait de Mohamed Rouabhi
Portrait de Mohamed Rouabhi Crédits : Guillaume Durieux

Chaque matin, comme un avant-goût du grand entretien du soir, à 19h dans l'émission Affaires Culturelles, Arnaud Laporte interroge ses invités sur ce qui les occupe, les préoccupe dans l’actualité, leur quotidien ou leur pratique artistique. La question est simple : À quoi pensez-vous ? Un moment éminemment subjectif… 

À quoi pensez vous ?  

Mohamed Rouabhi. Je pense à des choses pas très gaies. J’ai essayé de trouver quelque chose d'un peu marrant ce matin, mais, je n’y arrive pas. Je pense à ces mutilations de chevaux à travers la France, des dizaines et des dizaines… et je pense en même temps à ces premiers dessins, ces peintures rupestres d'il y a quarante mille ans, dans les grottes, faites par ce que l’on appelait des « hommes de la préhistoire » qui n'étaient pas si sauvages que ça, puisqu'ils nous ont transmis la beauté, la grâce, l'élégance de ces dessins. Je repense à aujourd’hui et Je vois ces chevaux mutilés, découpés, énucléés, tués et je me demande où est vraiment la sauvagerie ? Est ce qu'on est en train de partir dans une espèce de chaos ? Le cheval est un compagnon de l’Homme, il a aidé à la civilisation. On n'en serait pas là sans les chevaux. ? Je pense à Rossinante, le cheval de Don Quichotte, je pense à Bucéphale (le cheval d’Alexandre le Grand), je pense à ces milliers de chevaux guerriers qui sont morts, aussi bien pendant les guerres napoléoniennes que les chevaux qui ont travaillé avec les hommes... Et je me dis qu'aujourd'hui, ils ont besoin d'un peu de paix, de tranquillité, d'amour et qu'on devrait les laisser tranquilles au lieu d'essayer de revenir à une espèce d’état sauvage. On revient à une espèce d'État d'inhumanité. Je suis très choqué par ça. 

On pourrait dire que l'histoire et la violence sont au cœur de votre travail ?  

Pas forcément au coeur, je dirais en périphérie. On est cernés par cela. On essaye de sauver quelque chose, on essaie de faire brûler un peu de bois pour créer un peu de chaleur, un peu de lumière pour essayer de mourir moins bête, moins stupide. Mais oui, la violence, la brutalité, la haine, elle est autour mais je ne dirais pas quand elle est au cœur. Je suis plutôt quelqu'un de joyeux, quelqu'un de vivant. 

Mohamed Rouabhi, jeudi 24 septembre 2020 

Son actualité : "Moi, Jean-Noël Moulin, Président sans fin" Texte : Mohamed Rouabhi - Mise en scène : Sylvie Orcier - Avec Patrick Pineau // Jusqu'au 3 octobre à la MC93 puis en tournée. 

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......