LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
JR nous parle de l'école Kourtrajmé

JR : « La Haine de Mathieu Kassovitz est peut-être ma première introduction à l’art au cinéma»

3 min
À retrouver dans l'émission

Un court entretien comme une humeur du jour à partir de cette question : A quoi pensez-vous ? JR, plasticien et cinéaste, en plein montage de sa nouvelle exposition à la galerie Perrotin, y répond au micro d’Arnaud Laporte, un moment au présent éminemment subjectif...

JR nous parle de l'école Kourtrajmé
JR nous parle de l'école Kourtrajmé Crédits : Stéphane de Sakutin - AFP

A quoi pensez-vous ?

JR. Pendant que je monte mon exposition à la galerie Perrotin, je pense à mes étudiants. Il y a maintenant un an, j'ai rejoint l'école Kourtrajmé (école de cinéma gratuite et ouverte à tous), fondée par Ladj Ly -réalisateur des Misérables et ami d'enfance- pour y créer la section Art & Image. Le Palais de Tokyo, sous le commissariat de Hugo Vitrani, nous a donné un espace gigantesque pour faire une grande exposition qui s’intitule, Jusqu'ici tout va bien. Le Palais de Tokyo leur a demandé de travailler sur ce qui s'est passé depuis La haine de Mathieu Kassovitz (le film fête ses 25 ans cette année) jusqu’aux Misérables de Ladj Ly. Je pense à eux qui sont en train d’installer leur exposition dans un grand musée parisien, c’est un grand moment, cela m’inspire beaucoup de voir qu’une grande institution donne sa chance à de jeunes artistes et je suis curieux de voir comment ils interprètent ce sujet et comment cela sera perçut. 

Comment les accompagnez-vous ?

Je les accompagne, surtout en pratique, pour la théorie, ils ont des professeurs qui les suivent sur l'année. Je suis plutôt là pour les soutenir et pour les conseiller, pour les suivre, les diriger, ou tout au moins leur donner des exemples d’histoires qui me sont arrivées et leur présenter mes équipes ou d'autres artistes. Ils ont beaucoup de workshop et de "MasterKlass" avec d'autres artistes ou cinéastes (Spike Lee, Maïwenn, Matthieu Kassovitz, Guillaume Canet...) que nous partageons en ligne pour que d'autres puissent en profiter. C'était notamment le cas pendant tout le confinement. 

Que représente le film La Haine pour vous ?

J'avais 13 ans quand le film est sorti et il m’a qui m'a beaucoup marqué parce c’était des codes et un univers que je connaissais bien, et pourtant, je n'avais jamais vu un film qui avait une patte artistique comme celle-là. C'était peut-être ma première introduction à l'art sous cette forme : Le cinéma. Je ne connaissais que les blockbusters américains et les films ou les téléfilms que je voyais passer à la télé. Donc, quand j'ai vu ce film, ça m'a marqué. Je ne savais pas mettre un mot dessus, mais j'ai compris plus tard qu'il avait eu un impact sur moi et ma manière de travailler des années plus tard. Je l'ai revu cette année et il n'a pas vieilli malheureusement. 

JR, mercredi 26 août 2020

  • Exposition de l'école Kourtrajmé : "Jusqu'ici tout va bien" - du 29 août au 7 septembre le Palais de Tokyo accueille une trentaine d’étudiants de l’école Kourtrajmé (Clichy-sous-Bois / Montfermeil), pour élaborer une exposition capsule, sous forme de workshop, qui explore la filiation entre La Haine et Les Misérables. 
  • Exposition de JR : «Tehachapi : un projet artistique unique dans un pénitencier en Californie» du 29 août au 26 septembre à la galerie Perrotin
  • Ressortie cinéma : La Haine de Mathieu Kassovitz à l'occasion 25e anniversaire du film
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......