LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Clémentine Mélois

Clémentine Mélois : "J'imagine l'esprit comme une grande forêt, les animaux sauvages sont les idées"

3 min
À retrouver dans l'émission

Un court entretien comme une humeur du jour à partir de cette question : À quoi pensez-vous ? L'artiste plasticienne Clémentine Mélois, qui expose en ce moment à la galerie Lara Vincy à Paris, y répond au micro d'Arnaud Laporte.

Clémentine Mélois
Clémentine Mélois Crédits : Joel Saget - AFP

Chaque matin, comme un avant-goût du grand entretien du soir (à 19h dans l'émission Affaires Culturelles, ou en podcast et à la réécoute), Arnaud Laporte interroge ses invités sur ce qui les occupe, les préoccupe dans l’actualité, leur quotidien ou leur pratique artistique.  La question est simple : À quoi pensez-vous ?

A quoi pensez-vous ? 

Clémentine Mélois Je pense souvent que j'aimerais bien ne penser à rien, ça ferait des vacances. J'aimerais bien pouvoir mettre mon cerveau en veille comme on mettrait un ordinateur en veille. Mais quand il n'y a rien, il y a toujours quelque chose. C'est d'ailleurs l'étymologie du mot "rien". 

[...]

Quand j'étais étudiante aux Beaux-Arts, mon professeur, Christian Boltanski, nous conseillait de regarder La Petite maison dans la prairie. Lui disait passer des après midi entières devant La Petite maison dans la prairie, et disait aussi : "C'est au moment où le cerveau est vacant que surgissent les idées". Ca paraît un conseil un peu idiot, mais je pense que c'est un des meilleurs conseils qu'on puisse donner à un artiste ou à un créateur. Je me souviens d'une émission où Roselyne Bachelot était interviewée quand elle était ministre de la santé. Elle allait recevoir Hillary Clinton, elle s'était dit "Oh formidable, elle va me donner un grand conseil pour être une femme politique", et elle lui avait demandé "Quel conseil donneriez vous à une femme politique?". Hillary Clinton avait répondu : "Pas de sac à main". C'est un drôle de conseil mais, effectivement, les hommes politiques ont toujours les mains libres pour serrer les mains, pour tâter le cul des vaches, pour embrasser les gens, et une femme politique, si elle a son petit sac à main, elle ressemble un peu à Bernadette Chirac avec son sac à main. C'est un conseil idiot, mais parfois les conseils idiots sont les meilleurs conseils. Donc, peut être qu'il faudrait regarder La Petite maison dans la prairie toute la journée. 

[...]

J'imagine toujours l'esprit comme une espèce de grande forêt, avec des animaux sauvages qui sont les idées. Si on organise une battue pour trouver le chevreuil, on ne le trouve pas. C'est quand on se tient parfaitement immobile que, d'un seul coup, il surgit. En restant parfaitement immobile, en essayant de ne penser à rien, alors d'un seul coup, parfois, on peut avoir la chance d'apercevoir une idée, et c'est à ce moment là que le travail commence, pour moi. 

Clémentine Mélois, le vendredi 9 octobre 2020

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......