LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Philippe Quesne

Philippe Quesne : « Il y a un désir très fort du public de retourner au théâtre »

3 min
À retrouver dans l'émission

Un court entretien comme une humeur du jour à partir de cette question : À quoi pensez-vous ? l'auteur, metteur en scène et scénographe Philippe Quesne y répond au micro d’Arnaud Laporte.

Portrait de Philippe Quesne
Portrait de Philippe Quesne Crédits : Blaise Adilon

Chaque matin, comme un avant-goût du grand entretien du soir, à 19h dans l'émission Affaires Culturelles, Arnaud Laporte interroge ses invités sur ce qui les occupe, les préoccupe dans l’actualité, leur quotidien ou leur pratique artistique. La question est simple : À quoi pensez-vous ? Un moment éminemment subjectif… 

A quoi pensez-vous ? 

Philippe Quesne. Mes pensées sont un peu contrariées par les nouvelles, cet éternel sujet des mesures et de ce qu'on va bientôt appeler le reconfinement. Je reviens de Marseille, où on a joué hier soir, j'étais au cœur de cette ville qui venait de se prendre ses nouveaux arrêtés sur la fermeture des cafés et des restaurants, donc, j'ai l'impression d'être revenu quelques mois en arrière, comme dans un mauvais film. J'ai un peu la pensée qui divague, entre les projets artistiques, et soudainement, cette atmosphère de nouveau tendue, comme si on allait remettre tous les gens comme des petits poulets ou des petits lapins ou des petits porcs industriels, bientôt, de nouveau, dans leurs petit clapiers. C'est ça qui me traverse aujourd'hui l'esprit. Hélas! 

Au Théâtre des Amandiers à Nanterre, que vous dirigez encore quelques mois, les gens sont là ? Ils ont envie de venir au théâtre ? 

Oui, tout à fait, c’est l'ouverture de saison cette semaine avec Le théâtre et son double, le spectacle d'Antonin Artaud mis en scène par Gwenaël Morin, puis Jamais labour de Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin et Maxence Tual (ex Chiens de Navarre). C'est assez émouvant puisque ce sont deux pièces qui ont été stoppées au mois de mars (au moment du confinement) et on a décidé de rouvrir la saison comme si rien n'avait eu lieu. Et la saison rouvre, dans cette grande caverne blanche d'Antonin Artaud et avec ce spectacle Jamais labour, qui questionne un peu les problèmes des sols, de la ferme et du monde agricole. C'est évidemment important et émouvant parce que c'est ma dernière saison à la tête du théâtre. 

Et vous sentez cet appétit du public qui vient à Nanterre ? 

Pour l'instant, les spectacles affichent complet. Les jauges sont un tout petit peu réduites, mais l'enthousiasme des spectateurs est étonnant. J’ai l'impression qu'il y a un désir très fort de retourner au théâtre. C'est aussi ce que j'ai ressenti hier soir à la _Criée (_Théâtre national de Marseille), où on jouait Farm fatal dans le festival Actoral. Il y a un désir, il faut absolument que les théâtres continuent. On sent le manque qu'il y a eu ces derniers mois, c’est évident.

Vous avez intégré la question des gestes barrières, de la distanciation ? Je ne parle pas des jauges, je parle vraiment de ce qui se passe sur le plateau, dans votre travail ?

Pas forcément. J'ai l'impression que je suis un artiste de la catastrophe depuis longtemps et là, j’ai l'impression que mon travail ou mes pièces rejoignent une réalité presque plus étonnante que ce que mettais sur le plateau comme fiction. C’est cette sidération que je ressens depuis quelques mois. J'ai mis en scène, des cosmonautes en 2006, qui réparaient la couche d'ozone, complètement hébétés face à face aux problèmes climatiques qui nous dépassent, et j'ai l'impression qu'aujourd'hui, il y a une sorte de réalité qui rattrape certains de mes spectacles, si je puis dire. Donc, je ne sais pas comment on va continuer l'écriture artistique l'année prochaine. Mais là, pour l'instant, on est dans une fiction qui ressemble très fort à mon univers. 

Philippe Quesne, lundi 5 septembre 2020

Son actualité => Les monde de Philippe Quesne du 11 septembre au 4 octobre au Centre Pompidou : 

  •  Exposition : L'île Crash Park jusqu'au 4 octobre
  • Spectacle : Farm Fatal du 1er au 4 octobre
  • Cycle Vies à défendre : rencontres autour de Farm Fatale 1er, 2 octobre 18h30, 3 octobre, 17h30, 4 octobre 2020, 15h30 Forum -1, Gratuit 
  • Philippe Quesne / Performance pour la Nuit Blanche La Nuit de l’île 3 octobre 2020, de 19h 
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......