LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lars Eidinger

Lars Eidinger : "Je rêve d'une révolution féminine"

2 min
À retrouver dans l'émission

Un court entretien avec un artiste à partir de cette question : à quoi rêvez-vous ? Lars Eidinger, comédien, y répond au micro d'Arnaud Laporte.

Lars Eidinger
Lars Eidinger Crédits : Ingo Pertramer

Après avoir exploré les pensées matinales des artistes la saison passée, Arnaud Laporte s’intéresse cette année à leurs rêves. Un court entretien avec l’invité que l’on retrouve le soir même à 19h dans Affaires Culturelles, pour un moment éminemment subjectif. 

Aujourd'hui avec le comédien Lars Eidinger actuellement à l’affiche du film Petite Sœur de Véronique Reymond et Stéphanie Chuat, en salles le 6 octobre. A quoi rêve-t-il ?

"Je rêve d'une révolution féminine. Lorsque ma fille était à l'école et qu'elle était assez jeune, j'ai réalisé à quel point elle était mature par rapport aux garçons de sa classe, et habituellement on dit que le développement des femmes ou des filles est plus rapide. Je pense que les femmes sont toujours plus mûres que les hommes, et que le monde est tel qu'il est parce que les hommes essaient de compenser leur déficit, ils essaient de compenser leur déficit en étant agressifs et dominants. J’aimerais beaucoup savoir à quoi ressemblerait le monde s'il était dirigé par les femmes. Donc je rêve d'une révolution menée par les femmes.  

Je pense que nous devrions être faibles.

Et je pense que certaines des valeurs qui sont les nôtres, le fait que seul les plus forts survivent, par exemple, qu'être fort est quelque chose de positif dans notre monde, devraient être inversées. Je pense que nous devrions être faibles. Nous devons échouer. Nous avons besoin d’une culture de l’échec. Nous devons protéger les faibles et non les détruire. J'ai l'impression que les hommes sont vraiment destructeurs, qu'ils sont autodestructeurs. Et oui… je rêve d'une révolution féminine, je pense qu’on a besoin de cette révolution. Il y a une image très célèbre que Bertolt Brecht a décrite dans Sainte Jeanne des Abattoirs, d’une balance. Il y a une minorité de personnes qui est en haut et une foule qui est en bas, et ceux qui sont en haut disent à ceux d’en bas « Montez, c’est tellement bien ici ! » et ils comprennent ensuite qu’il n’y a pas de passage entre eux, ce n’est qu’une balance, et ils ne sont en haut qu’à la condition que les autres soient en bas. Ce système, on peut selon moi le transposer au rapport de force qui existe entre les hommes et les femmes. Les hommes sont en haut, ils dirigent le monde... Nous n’atteindrons l’égalité que quand les hommes seront en bas, nous devons abandonner nos privilèges. En l’état, les femmes ne peuvent pas accéder à ce niveau, les hommes doivent redescendre. Et parce que je pense que les hommes ne sont pas prêts à le faire, je pense que les femmes doivent commencer une révolution. Sinon, ça n’arrivera jamais."    

Son actualité : 

  • Film : Petite Sœur de Véronique Reymond et Stéphanie Chuat - Avec Nina Hoss, Thomas Ostermeier, Marthe Keller et Jens Albinus - en salles le 6 octobre
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

🎧 Pour retrouver Lars Eidinger en grand entretien dans les Affaires Culturelles d’Arnaud Laporte, c’est par ici ▼

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......