LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Albert Cohen. Studio Harcourt. Source BNF. (Wikipédia)
Épisode 5 :

"Assez de réalités invisibles, j'étouffe"

29 min
À retrouver dans l'émission

Albert Cohen est agnostique. Cependant, il prend Dieu au sérieux et le vénère tout en ne croyant pas en lui. Il s'explique avec passion sur cette contradiction.

Albert Cohen chez lui à Genève le 2 juin 1981. Photo : Ulf Andersen.
Albert Cohen chez lui à Genève le 2 juin 1981. Photo : Ulf Andersen. Crédits : Getty

En matière de religion, Albert Cohen peut être déroutant :

Ce qu'il y a de juif chez moi pour moi qui suis agnostique c'est ma passion pour la loi. Moi qui ne crois pas en Dieu, quand je vais à la synagogue et que la loi morale est promenée à travers les fidèles, je suis le plus sérieux est le plus croyant de tous les Juifs qui eux croient en Dieu

Conteur d’histoires, il exprime cette fascination pour cette création qu’est le Dieu d'Israël : 

C’est le grand personnage de ce magnifique roman qu'est la Bible... Une des plus belles inventions humaines qui n'aient jamais été faites.

Pour l’écrivain, Dieu est le fruit de l’imagination des Hommes et pas l’inverse. L’âme et la vie éternelle sont pour lui” une des plus grandes blagues de l’humanité”. Nous sommes prévenus ! Car ces “réalités qui ont la politesse d'être invisibles" sont bien commodes, mais l’homme qu’il est, est un être de chair, de désirs : 

Moi je suis blindé, blindé d'une épaisseur, d'une épaisseur fière”. Il refuse ces "paradis où l'on ne peut jamais s'asseoir".

Croire en Dieu, en une vie après la mort, il n’en est pas question : 

Devant cette imbécillité je ne vois qu'une raison que ces gens très intelligents ont tellement peur de la mort qu'ils acceptent tout ! 

Pour lui, la peur de notre finitude fait le lit de cette crédulité. Lui accepte cette fin 

J’ai un tel amour de la vie qu'elle me fait accepter ma mort aussi.

Et comme un testament, il livre ce conseil qu’il pense avoir hérité de la sagesse maternelle : 

Ne haïssez plus, ayez pitié des uns des autres, car vous mourrez et ça, c'est mon secret.

Mais, pessimiste, il ajoute : 

Ma loi de tendresse, de pitié est sans doute une folie. Les hommes sont condamnés et ils disparaîtront tous tués par leur méchanceté.

Une série d'entretiens produite par Françoise Estèbe et Jean Couturier, réalisée par Danièle Fontanarosa et Vanessa Nadjar. Attachées de production : Daphné Abgrall et Odile Joëssel. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Entretien avec Albert Cohen, 1954, Les archives de la RTS.

Albert Cohen interviewé par Bernard Pivot,  1978, Apostrophe, archive INA.

Atelier Albert Cohen - Site du groupe de recherche universitaire sur Albert Cohen.

Bibliographie sélective

Dane Cuypers, Albert Cohen-Marcel Pagnol, une amitié solaire, Éditions de Fallois, 2020.

Franck Médioni, Albert Cohen, Gallimard 2007.

Gérard Valbert, Conversation avec Albert Cohen, L'Âge d'Homme Éditions, 2006.

Bella Cohen, Albert Cohen, mythe et réalité, Collection Blanche, Gallimard, 1991.

Albert Cohen, Œuvres, Édition de Bella Cohen et Christel Peyrefitte, Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 402), Gallimard, 1993.

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......