LE DIRECT
L' historien Benjamin Stora en 2000, à Rabat (Maroc)
Épisode 3 :

De Montreuil à Janson-de-Sailly

29 min
À retrouver dans l'émission

Une maison surpeuplée à Montreuil, un garage aménagé dans le 16ème arrondissement de Paris et un HLM à Sartrouville, tel est le décor de cette métropole que Benjamin Stora découvre à l’aube des années 1960. Une France qui n’aime ni les étrangers, ni les Pieds Noirs et encore moins les arabes...

Benjamin Stora à la fac de Nanterre en 1970
Benjamin Stora à la fac de Nanterre en 1970 Crédits : © Archives privées Benjamin Stora

L’écossais Jim Clark, remporte le grand prix de Monaco, Les israéliens viennent d’exécuter Eichman, Sihanouk fait un carton plein aux élections législatives au Cambodge tandis que Frank Morris et les frères Aglin s’évadent de la prison d’Alcatraz à San Francisco. On est le 12 juin 1962. Benjamin Stora, lui, arrive à l’aéroport Orly. Sa vie ne sera jamais plus comme avant. Il découvre le silence qui envahie ce pays à l’heure des vacances d’été. Et il découvre Montreuil, puis le 16ème arrondissement de la capitale, le lycée Janson-de-Sailly, Sartrouville, le lycée de Saint Germain-en Lay. 

Dans l'exil, ce qui me précipite avec mes parents, c'est la chute sociale. La solitude est née à ce moment là et elle commence sur le plan social. Et c'est pour ça que quand 68 va arriver la question sociale, la question de classe pour moi est plus importante que la question ethnique. (...) Mes parents sont restés solitaires mais moi je me suis socialisé, je faisais du football et du vélo avec mes copains de Sartrouville.  Je partageais les valeurs de la culture classique française (cinéma et musique) et de la contre-culture américaine. 

Benjamin Stora à la tribune, derrière, du congrès de fondation de l'Unef ID, à Nanterre en 1980
Benjamin Stora à la tribune, derrière, du congrès de fondation de l'Unef ID, à Nanterre en 1980 Crédits : Archives privées Benjamin Stora

Une succession de chocs pour celui qu’on appelle le Pied Noir et qui tente de ne plus faire tâche en dissimulant son accent si bien popularisé par Robert Castel dans un sketch intitulé « l’accent des autres ». Pour les parents, tout est à refaire, à reconstruire avec une famille éparpillée dans toute la France. Et alors qu’ils ne cessent de repenser à leur « paradis perdu », pour Benjamin, l’Algérie s’éloigne rapidement car sonne l’heure de l’assimilation. L’OCI va l’y aider.

Prise de parole militante en 1973
Prise de parole militante en 1973 Crédits : © Archives privées Benjamin Stora

Une série d'entretiens produite par Alain Lewkowicz, réalisée par Delphine Lemer. Prise de son : Benjamin Perru. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Bibliographie sélective 

  • France-Algérie, les passions douloureuses (Albin Michel, 2021).
  • Penser les frontières. Régis Debray et Benjamin Stora avec Alexis Lacroix (Ed. Bayard, 2021).
  • Une mémoire algérienne (Ed. Robert Laffont, 2020).
  • Retours d'Histoire - L'Algérie après Bouteflika (Ed. Bayard, 2020).
  • Juifs, musulmans : chronique d'une rupture (Ed. L'Esprit du temps, 2018).
  • Les mémoires dangereuses : de l'Algérie coloniale à la France d'aujourd'hui - Le transfert d'une mémoire : de l'Algérie française au racisme anti-arabe. Benjamin Stora, avec Alexis Jenni (Ed. Albin Michel, 2015).
  • Voyages en postcolonies (Ed. Stock 2013).
  • Thèse d’Etat de Benjamin Stora, en 1991 à l’université Paris –Créteil publiée sous le titre Les Algériens en France. Une histoire politique. 1922-1962, (Ed Hachette, poche, 2008).
  • Trois exils, Juifs d’Algérie (Ed. Stock, 2006).
  • Messali Hadj (Ed Le Sycomore, 1982, Hachette, 2004).
  • Imaginaires de guerre (Ed La Découverte, 1997, poche, 2004).
  • La dernière génération d’octobre (Ed. Stock,2003).
  • Le transfert d’une mémoire (La Découverte, 1999).
  • Ferhat Abbas de Benjamin Stora et Zakia Daoud (Denoël, 1994, , Ed Casbah, Alger, 1998).
  • Appelés en guerre d’Algérie (Gallimard, 1997)
  • Dictionnaire des livres de la guerre d’Algérie (Ed L’Harmattan, 1995).
  • La gangrène et l’oubli, (Ed La Découverte, 1991, poche, 2004).

Documentaires

Algérie, notre histoire de Benjamin Stora et Jean-Michel Meurice, ARTE, (2012).

Guerre d'Algérie : la déchirure 1954 -1962 de Benjamin Stora et Gabriel Le Bomin Nilaya productions (2012).

L’indépendance aux deux visages de Benjamin Stora et Jean-Michel Meurice, La 5, (2002).

Les années algériennes de Benjamin Stora, Philippe Alfonsi, Bernard Favre et Patrick Pesnot. Coproduction : Ina/France 2 - Nouvel Observateur (1991).
 

Intervenants
  • Historien, membre du conseil d'administration de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, et ancien président du conseil d'orientation de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration.
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......