LE DIRECT
Carla Bruni interprète à la télévision italienne en janvier 2009
Épisode 3 :

Le fil de ma musique

29 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce troisième entretien "A voix nue", Carla Bruni raconte comment la musique l'a habitée depuis toujours.

Carla Bruni interprète à la télévision italienne en janvier 2009
Carla Bruni interprète à la télévision italienne en janvier 2009 Crédits : GIUSEPPE CACACE - AFP

Avec une mère pianiste et un père compositeur lyrique, Carla Bruni a baigné dans la musique dès l’enfance. Dans la famille, la musique était considérée comme un autre enfant. Son premier album, Quelqu’un m’a dit (2002), a été vendu a plus de deux millions d’exemplaires dans le monde. La photographe Kate Barry, la fille décédée de Jane Birkin, a photographié Carla Bruni pour la pochette à cette occasion. Carla Bruni revient sur la sortie de Comme si de rien n’était (2008), alors qu’elle est Première dame. Elle a alors suscité de l’intérêt, aussi, pour de mauvaises raisons. "Si l’on s’intéresse à moi, je prends tout". Elle dit placer Guy Béart au-dessus de Serge Gainsbourg. Elle pleure en évoquant Mademoiselle L’Aventure de Francis Cabrel. Une chanson sur l’adoption. 

Pour commencer cet entretien, Carla Bruni revient sur son éveil à la musique, un milieu qu'elle connaît depuis toujours. Son père, Alberto Bruni Tedeschi, était compositeur d'opéra. Sa mère, Marisa Borini, était pianiste :

La musique est un fil conducteur de ma vie, avant même d'être née. Quand j'étais dans le ventre de ma mère, elle jouait 7-8 heures de musique par jour. J'ai grandi dans ces deux pôles, où les deux personnes de ma vie jouaient tout le temps de la musique. J'ai même l'impression que la musique était un autre enfant de la famille. Carla Bruni 

La musique classique, on a toujours l'impression que c'est quelque chose de très élitiste, alors que c'est exactement comme la musique pop. Dans la musique, il n'y a pas besoin d'apprentissage. C'est très direct, c'est un peu comme le parfum, ça va dans un endroit de notre cerveau qui est tout à fait disposé à le recevoir, à n'importe quel âge. Carla Bruni 

Elle débute sa carrière d'auteure-compositrice-interprète aux côtés de Julien Clerc, avec l'album Quelqu'un m'a dit, sorti en 2002, qui rencontre un succès colossal : 

Je veux être une chanteuse populaire. Dans mes textes, j'essaye de tisser un fil, à la manière de mes modèles. Carla Bruni 

Elle évoque le travail de son amie décédée, la photographe Kate Barry, qui a signé la couverture de son premier album : 

Un jour, j'ai vu une de ses photos, sans savoir que c'était de Kate. C'était d'une beauté, d'une sobriété, d'une pureté. Je me suis dit "ça c'est féminin !" Si je devais décrire la féminité, je dirais les photos de Kate Barry, parce que c'est sans fioriture. La féminité pour moi, ce ne sont pas les gens qui ont trois rangs de faux-cils. Il y avait un grand écho entre son travail et sa famille. Carla Bruni 

Elle évoque son goût pour la musique française populaire :

J'aime beaucoup écouter certaines chansons d'Hervé Vilard, Michel Sardou ou Johnny Hallyday. "Retiens la nuit", c'est une chanson remarquable. Entre Serge Gainsbourg et Guy Béart, je choisis Guy Béart. Dieu sait que je suis fascinée par Serge Gainsbourg, mais des chansons comme celles de Guy Béart... Personne n'a écrit des chansons qui saisissent le moment de la vie des gens, comme celles de Guy Béart. Carla Bruni 

Intervenants
L'équipe
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......