LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Carla Bruni et sa soeur, l'actrice Valeria Bruni Tedeschi, encadrant leur mère la pianiste Marisa Borini en 2009.
Épisode 1 :

La famille, un secret et une sécurité

29 min
À retrouver dans l'émission

Premier épisode de cet entretien avec l'ancien mannequin, chanteuse et compagne de Nicolas Sarkozy : elle y raconte ses racines familiales et sa jeunesse entre l'Italie et la France.

Carla Bruni et sa soeur, l'actrice Valeria Bruni Tedeschi, encadrant leur mère la pianiste Marisa Borini en 2009.
Carla Bruni et sa soeur, l'actrice Valeria Bruni Tedeschi, encadrant leur mère la pianiste Marisa Borini en 2009. Crédits : Giacomo Frullani - AFP

Carla Bruni est née en 1967, à Turin, dans la grande bourgeoisie industrielle. Sa famille arrive en France alors qu’elle a 7 ans pour fuir les Brigades rouges. Elle perd son père, Alberto Bruni Tedeschi, en 1996, alors qu’elle a 28 ans. Elle découvre qu’il n’est pas son vrai père et que son père biologique s’appelle Maurizio Remmert et vit au Brésil. Dans cette première partie, Carla Bruni parle de sa mère, de sa soeur, l’actrice et réalisatrice Valeria Bruni-Tedeschi («je serais morte de silence sans ma soeur »),  et de la famille qu’elle s’est construite avec Nicolas Sarkozy.  Elle dit sa détestation de tout ceux qui portent des jugements moraux.

Pour commencer cet entretien, Carla Bruni revient sur ses débuts de mannequin, à l'âge de 19 ans. Et comment elle devient l'un des top-modèles les plus célèbres de la décennie 1990, d'où cette célébrité soudaine : 

Je crois que j'en avais besoin, et j'ai même besoin de ce que cela fait entre moi et les autres. Cela ne met pas de distance entre moi et les autres. (...) La célébrité n'est pas une conquête entre deux personnes, cela n'apporte rien de profond. Pour moi, c'est un regard dont j'ai grandement besoin. J'ai toujours eu envie d'être célèbre, et cela ne m'a jamais gêné. Carla Bruni 

Dans les années 1970, son père, le compositeur d'opéra Alberto Bruni Tedeschi, et sa mère, la pianiste Marisa Borini, sont contraints de quitter l'Italie pour la France. Issue d'une famille aisée, Carla Bruni découvre alors la bourgeoisie française : 

La bourgeoisie française est très fermée, ils ne nous ont pas du tout accueillis. J'ai été très surprise par cette fermeture... Mes parents m'ont raconté qu'ils étaient arrivés à Paris, qu'ils avaient ouvert les portes de cette maison merveilleuse pour inviter des gens de l'Opéra de Paris ou du ballet de Paris. Personne ne les a jamais invités en retour, donc ils n'avaient que des amis italiens. Carla Bruni

Peu de temps après la mort de son père, Carla Bruni apprend qu'il n'était pas son parent biologique : 

Il avait confié cela à ma sœur aînée, Valeria Bruni Tedeschi. Et elle n'osait pas me le dire, parce qu'elle était très troublée par la situation. (...) Elle avait peur que ça me traumatise. (...) Tout le monde l'a très bien pris. Carla Bruni 

L'absence a été cruelle pour moi, parce que le mensonge et le silence, c'était fait. Cela ne se faisait pas de dire toute la vérité à un enfant. (...) J'ai été le fruit génétique d'un amour, mais j'ai aussi été le fruit de l'amour de mes parents. Parce qu'ils ont accepté le compromis. Savoir quelque chose sans le dire, aimer quelqu'un et le respecter jusqu'à la fin, ce sont des anciens mariages. Mon équilibre est le fruit de l'amour de mes parents, et pas du désir de ma mère pour mon père génétique. Carla Bruni 

Mère de deux enfants, Carla Bruni aborde ensuite son rapport à la maternité : 

Pour moi, ce n'était pas une évidence. Je pensais que je n'aurais jamais d'enfant. Je pense que c'est un miracle relatif aux rencontres. Je n'imaginais pas les grossesses, je ne m'imaginais pas m'occuper de quelqu'un d'autre tout le temps. Je ne suis pas une mère désinvolte, comme l'était ma mère. Mais c'est grâce à cette désinvolture que j'ai eu ma liberté. Carla Bruni 

Cadette d'une fratrie de trois enfants, Carla Bruni a toujours été très proche de sa grande sœur, la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi : 

J'ai toujours pensé que si ma sœur n'avait pas existé, je serais morte de silence. Nous n'avons pas du tout le même tempérament. (...) On sent qu'on n'a pas le même sang, j'ai beaucoup pris de mon père génétique dans la caractère et dans le physique. Et elle a beaucoup pris de notre père. Ma sœur est la personne la plus stable, la plus équilibrée du monde. Elle est en dehors de l'ordinaire. Carla Bruni 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......