LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La philosophe Elisabeth de Fontenay, en novembre 2018
Épisode 5 :

"Ce que les philosophes ont raté les peintres l’ont réussi "

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce cinquième entretien, Elisabeth de Fontenay parle de son dernier essai, La grâce et le progrès, de la littérature et des beaux-arts. Il est question du tableau Le Chien de Goya, du Cavalier Polonais de Rembrandt et des chevaux de Géricault.

La philosophe Elisabeth de Fontenay, en novembre 2018, à Paris,  France
La philosophe Elisabeth de Fontenay, en novembre 2018, à Paris, France Crédits : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP

« La Révolution Française a tué presque deux cent mille Vendéens, au nom du principe d’universalité », note Elisabeth de Fontenay dans son essai La grâce et le progrès

La question de l’universalité, c’est une question qui nous tourmente énormément, c’est la question clé de notre époque, puisqu’en France, au nom de l’universalité on condamne - à juste titre - me semble-t-il, le séparatisme. Politiquement je suis d’accord avec ça, mais  philosophiquement je pense que l’universalisme est une notion beaucoup trop abstraite. Il faudrait une universalité plus concrète, plus capable de s’ouvrir aux autres.  

« L’éloge des petites perceptions », texte de Leibniz tiré de ses Nouveaux essais sur l’entendement humain est une grande source d’inspiration pour Elisabeth de Fontenay. Elle croit, à l’instar du philosophe allemand, que l’avenir et le passé sont reliés, et que cette « unité des vivants » constitue le propre du genre humain. 

Le passé est relié à l’avenir et vice-versa par l’infinité des petites perceptions. Le désir de savoir, le désir de dominer, le désir de sentir, la libido sentiendi. C’est ce que j’aime chez Leibniz. C’est l’importance de la sensation chez lui. 

Du fait de tout sentir, les petites perceptions, l’énorme étendue de tout ce qu’on perçoit, que l’on sent. C’est une sensualité intellectuelle peut-être, mais c’est une sensualité extraordinaire. 

Une série proposée par Dani Legras. Réalisation : Marie-Laure Ciboulet. Prise de son : Georges Tho. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Bibliographie sélective

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......