LE DIRECT
Correspondance entre François Mitterrand et Anne Pingeot
Épisode 5 :

Episode inédit : lecture d'extraits de la correspondance entre François Mitterrand et Anne Pingeot

28 min
À retrouver dans l'émission

Nous vous proposons d'écouter des lectures de Didier Sandre et Chloé Réjon, extraits de la correspondance entre François Mitterrand et Anne Pingeot, publiée en 2016 chez Gallimard.

Correspondance entre François Mitterrand et Anne Pingeot
Correspondance entre François Mitterrand et Anne Pingeot Crédits : Editions Gallimard / DR

A voix nue dévoile un épisode inédit reposant sur la lecture d’extraits des deux ouvrages parus en 2016 chez Gallimard, Journal pour Anne (1964-1970) et Lettres à Anne (1962-1995), par les comédiens Didier Sandre (de la Comédie-Française) et Chloé Réjon. Des lectures enregistrées en voix off pour le documentaire de France 5 François Mitterrand & Anne Pingeot, fragments d’une passion amoureuse.

Le 13 juin 1971, troisième  jour du Congrès d'Épinay, François Mitterrand, exalté, écrit à Anne Pingeot :

Mon discours emporte le Congrès, mouvement d'une rare intensité. C'est gagné, donc les difficultés commencent. Envie de penser à autre chose. De l'eau qui descend en torrent sur la roche, du ciel profond. Toi, près de moi, marchant parmi les herbes fleurs de juin, ton beau regard vert, et la passion, le plaisir. La paix d'un après midi de bonheur. 

Bouleversé, le cœur lourd, François Mitterrand écrit à Anne Pingeot le 18 novembre 1979 :

Je n'ai plus le goût des querelles, qu'elles soient fondées ou non, que tu aies tort ou moi. Si tu étais si proche de la violence hier j'aurais dû la prévenir. J'aurais dû la deviner à quelques signes le soir où tu m'as reproché de dîner ailleurs. (...) Tu m'objecteras ta solitude, ta patience, ta longue espérance, ton chagrin. Je m'en veux du mal que je te fais. J'ai pourtant le sentiment de t'apporter plus que tu ne le dis, plus que tu ne le crois. J'ai envie de le hurler. Tu sais bien que je t'aime. Et puis c'est tout. Il pleut, il pleut à crever le cœur. C'est le moment de croire au soleil. (...)

Le 12 novembre 1964, Anne Pingeot est heureuse, elle écrit à François Mitterrand :

Je suis profondément heureuse. Moments merveilleux de la vie qui émerge enfin de l'inconscience. Le souvenir de ce bonheur qui est grand, solide, bon.

Anne Pingeot exprime ses doutes, elle écrit à François Mitterrand le 14 avril 1971 :

Tu es incroyable. Comment peux-tu me faire tant de mal et tant de bien. Je suis étourdie par tout cela à la fois, mais je sais que je t'aime. Si je pouvais avoir confiance en toi, si je pouvais toujours croire en toi, comme tout serait plus facile. Mais rien n'est jamais acquis. 

Réalisation : Clotilde Pivin. Prise de son : Clément Dattée. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Réécouter les cinq entretiens Anne Pingeot, la discrète révélée diffusés du 17 au 21 octobre 2016.

Extrait du documentaire François Mitterrand & Anne Pingeot, fragments d'une passion amoureuse. La Case du siècle, France 5.

Bibliographie

Il savait que je gardais tout

Il savait que je gardais toutAnne Pingeot et Jean-Noël JeanneneyCoédition Gallimard-France Culture, 2018

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......