LE DIRECT
François Sureau
Épisode 2 :

La maison de ma jeunesse

30 min
À retrouver dans l'émission

Après des études à Sciences Po, François Sureau est reçu à l’ENA. Il devient maître des requêtes au Conseil d’Etat. Il quittera la haute fonction publique pour par la suite devenir avocat.

François Sureau
François Sureau Crédits : Archives personnelles François Sureau

Il est un enfant de sa génération, sensible à la gaieté des années 70 et 80.  Il suit un cursus traditionnel de bon élève : Sciences Po, l’Ena. A l’époque, François Sureau croit en l’ENA, qui représente " une idée monastique du service de l’Etat  " dont on ne se souvient plus aujourd’hui.  Il entre au Conseil d’Etat, la " maison de ma jeunesse ", à l’âge de 23 ans.  Il y a vu le collectif, l’égalité, la courtoisie. Puis, il ne s’y est plus senti bien. François Sureau a séjourné dans des monastères. " J’y ai cherché une unité personnelle et une vérité" .

François Sureau pense qu’il faut prendre la vie au sérieux, ne pas la traverser en touriste. Il s’est engagé un temps comme réserviste dans la Légion étrangère. " On s’y demande uniquement ce que vaut un homme et c’est un endroit où l’on peut se faire oublier. " Il n’aime pas l’ordre social, mais les micros ordres comme la Légion étrangère. "Je suis sensible à ce que deviennent les hommes au point ultime. " Il évoque son parrain, médecin et héros de guerre.  Il n’a jamais cru en la politique.

Une série d'entretiens proposée par Marie-Laure Delorme, réalisée par Marie Plaçais. Prise de son : Stéphane Beaufils. Attachée de production : Daphné Abgrall. Avec la collaboration de Julia Martin.

Pour aller plus loin

Intervenants
  • Avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, romancier et essayiste
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......