LE DIRECT
Frédéric Dard, 10 juillet 1991. Photo : Elisabeth Andanson
Épisode 5 :

L’homme blessé

28 min
À retrouver dans l'émission

Frédéric Dard n’est pas très prolixe quand il s’agit d’apporter des éclairages techniques sur son écriture. Sincère, il dit révéler tout de lui dans ses romans et c’est sans doute la raison pour laquelle, depuis le kidnapping de sa fille, le ton de ses récits se fait plus noir.

Frédéric Dard et sa fille Joséphine à Cannes, le 28 juin 1986. Photo : Laurent Sola.
Frédéric Dard et sa fille Joséphine à Cannes, le 28 juin 1986. Photo : Laurent Sola. Crédits : Getty

La syntaxe ? “Je n’ai rien à dire là-dessus". Frédéric Dard est clair, l’analyse de texte, il la laisse aux autres. D’ailleurs, il ne relit jamais ses anciens ouvrages. L’écrivain est un homme qui va de l’avant, qui n’aime pas se retourner.

Cependant, en 1983, le kidnapping de sa fille Joséphine a bien failli freiner sa course. Un épisode qu’il avait écrit dans un de ses romans, comme une intuition :

Quand la chose s’est produite, j'étais absolument terrifié comme si j'avais déclenché la foudre quelque part. Comme si quelque chose du malin s'était glissé là-dedans. Depuis longtemps j'appréhendais... Je ne sais pas si on peut parler de prémonition, mais je serai troublé par ça toute ma vie.

Cette mésaventure connaît un heureux dénouement. Elle laisse cependant en l’auteur une trace indélébile, perceptible jusque dans son œuvre :

Les San Antonio qui ont succédé à cette période je crois sont différents des autres... Un moment donné, je me suis dit, il faut que je laisse passer du temps, que je décompresse complètement, que j'essaye de vider les ballasts, mais c'est une chose qui ne finira vraiment jamais. C'est une chose qui se calme, mais c'est comme une maladie grave, un cancer par exemple, quand il y a une rémission, on vit avec, à la rigueur, on meurt d'autre chose, mais on l'a sans qu'il ne soit guéri, on le traîne, on le colmate, mais il n’y a pas de vraie guérison.

Une série d’entretiens proposée par Jean-Louis Ezine, réalisée avec l'écrivain à partir d'entretiens de 1988. Réalisation : Marie-Andrée Armynot et Vanessa Nadjar. Attachées de production : Daphné Abgrall et Odile Joëssel. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

Bibliographie 

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......