LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Gérard Mordillat
Épisode 4 :

D’abord les mots

29 min
À retrouver dans l'émission

Poète, homme de radio (" les Papous", " la Grande table "), auteur de romans, d’essais et de très nombreux écrits inclassables (" je cueille mes folies "), Gérard Mordillat écrit sans cesse.

Gérard Mordillat en 1992
Gérard Mordillat en 1992 Crédits : Tristan SIEGMANN/Gamma-Rapho via - Getty

Poète, homme de radio (" Les Papous dans la tête", "la Grande table »), auteur de romans, d’essais et de très nombreux écrits inclassables (" je cueille mes folies "). Les mots sont le centre de la vie de Gérard Mordillat, les mots, toujours les mots words, words, words…

Gutenberg fabriquait des petits miroirs en plomb que les pèlerins accrochaient à leurs chapeaux . A son époque le miroir avait la réputation de garder la permanence de l'image qui s'y reflétait. Le pèlerin allait devant la sainte relique, ça "s'imprimait" dans le miroir et il gardait ça comme une protection divine. C'est à partir de ce même plomb que Gutenberg a inventé les lettres mobiles qui sont à l'origine de la typographie puis de l'imprimerie. De ce plomb sont nés l'image et le mot. Gérard Mordillat

Signe du destin : enfant, il apprend la dactylographie sur une Underwood qu'on lui avait offert ! Adolescent, il publie un premier texte aux Lettres Nouvelles, " L'Aurore " et conserve comme un talisman la phrase de son père " On peut écrire ". Muni de ce viatique, un poète est né, admirateur de Jacques Prévert, Gérard Mordillat lit, écrit et défend la poésie : " la poésie, c'est de la contrebande littéraire". " C'est la littérature portée à son point d'incandescence ". 

Prévert est ce personnage qui a été un grand cinéaste sans jamais réaliser lui-même de film. (...) Marcel Carné était au fond le maître d'œuvre d'une chose qui le dépassait car tout était porté par la langue de Prévert, par son sens extraordinaire du mot, du rythme, de la scansion et que ça induisait directement les plans qu'il fallait tourner. Gérard Mordillat

Portrait dessiné de Gérard Mordillat
Portrait dessiné de Gérard Mordillat Crédits : Alain Fraggi

Des romans dont nous avons parlé hier, mais à profusion, " Notre part des ténèbres ", " Rouge dans la brume ", " La Brigade du rire ", " Xenia  ". Des essais sur Jésus et la littérature chrétienne, sur la littérature musulmane, sur l’économie… Gérard Mordillat arrose aussi son potager autobiographique " Vive la Sociale ! ", " Rue des Rigoles ", " La Boîte à ragoût " et il  cueille ses folies dans des ouvrages inclassables, " À quoi pense Walter ", " Madame Gore " et surtout " Zartmo ", adapté pour le théâtre du Rond-Point.

La seule réalité de mes personnages est une réalité de mots, ils sont incarnés par les lettres qui les forment. Gérard Mordillat

Des mots qu’il manie à la radio pour " Les Papous dans la tête ", " L'épingle du jeu "  ou en écrivant de nombreux articles de journaux. Rien de ce qui s’écrit ne lui est étranger : la " Mordilattitude ".

La " Mordilattitude" c'est une relation à l'écrit qui renvoie à une attitude dans la vie, à cette distance, à l'humour, au rire et surtout à s'empêcher de ne jamais sombrer dans l'esprit de sérieux. Gérard Mordillat

Une série d'entretiens proposée par Jérôme Clément, réalisée par Angélique Tibau. Prise de son : Thomas Robin.

Pour aller plus loin

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......