LE DIRECT
L'écrivain français et académicien Henry de Montherlant (1896-1972) pose chez lui, le 24 avril 1963, devant une partie de sa collection de bustes romains.
Épisode 2 :

"Je ne juge pas, je ne suis pas un professeur de morale"

28 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième volet des entretiens d’Henry de Montherlant avec Pierre Sipriot. Naissance d’Alban de Bricoule, figure romanesque qui parcourt l’œuvre de l’écrivain et retour sur deux romans "Le Songe" et "Les Olympiques" ou devoir patriotique, joie du sport et tourments amoureux mènent la danse.

Henry de Montherlant en septembre, 1958 à Paris.
Henry de Montherlant en septembre, 1958 à Paris. Crédits : Getty

Peu après son expérience de la guerre durant laquelle ses blessures lui valent d’être réformé, Henry de Montherlant fait paraitre en 1922 son premier roman, Le Songe, qu’il juge ici avec 30 ans de recul : “Une œuvre certainement riche mais aussi bien confuse”. Ce roman marque l'apparition d'Alban de Bricoule, personnage récurrent dans son œuvre. Héroïsme guerrier et sentiment amoureux s’opposent dans un ouvrage empreint de lyrisme.

Je ne me suis jamais lassé de répéter que les conséquences de nos actes sont toujours confuses. Souvent, le mal engendre le bien et inversement, il faut toujours tenir compte de cette déviation, mais je ne juge pas, je ne suis pas un professeur de morale. J'ai constaté dès mon premier roman chez la plupart des hommes l'indifférence de ce qui est l'essence de ce premier roman : l'amour de l'être pour l’être

L’écrivain ne renie pas le jeune homme qu’il a été : “à 25 ans, j'avais à peu près en toute chose la même réaction que j'ai aujourd'hui, je pourrais dire aussi bien à 18 ans et même à 15 ans.

Puis, viennent Les Olympiques, “un livre sur la camaraderie” dans lequel la culture sportive tient une grande place.

L’idéal célébré dans mes premiers livres est toujours un idéal communautaire : le collège, le régiment, le club sportif, le couvent (…) le sport a été pour moi autant et plus qu’une culture du corps, une culture de la sympathie. De camaraderie entre différentes classes sociales.

La tauromachie, pratique à laquelle il s’initie, adolescent, en Espagne, offre dans Les Bestiaires, l’expérience d’un bonheur érotique qui semble avoir choqué en 1926, année de sa parution. 

Rediffusion d’une série d’entretiens diffusée pour la première fois de septembre à décembre 1952 sous le titre de “15 soirées avec Henri de Montherlant, à partir des enregistrements réalisés en 1952 par Nicole Salerne. En 1972, elle est diffusée de nouveau dans la collection À voix nue, grands entretiens d'hier et d'aujourd'hui

Réalisation : Nicole Salerne et Vanessa Nadjar. Attachée de production : Daphné Abgrall et odile Joëssel. Coordination : Sandrine Treiner

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......