LE DIRECT
Hubert Védrine
Épisode 2 :

Les années Mitterrand

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans cet épisode, Hubert Védrine revient sur les temps forts de la politique étrangère de Mitterrand. ll a passé une grande partie de sa vie politique auprès de François Mitterrand, son mentor. A l’Elysée, il fut d’abord conseiller diplomatique, puis porte-parole et enfin Secrétaire général.

Hubert Védrine, à l'Elysée devant la photo de la maison natale "Chez Livet", en 1984
Hubert Védrine, à l'Elysée devant la photo de la maison natale "Chez Livet", en 1984 Crédits : Archives personnelles Hubert Védrine

Hubert Védrine eut pour François Mitterrand, qui fut d’abord son parrain puis son inspirateur, une admiration, voire une fascination. Presque 25 ans après la mort de l’ancien président, cette relation particulière s’impose encore naturellement dans ses discussions. De François Mitterrand, auprès de qui il a passé une grande partie de sa vie politique, Hubert Védrine dit qu’il était " une potion magique ". Tout juste élu, le président l’appelle à l’Elysée quand il n’a que 34 ans, pour être son conseiller diplomatique. Il deviendra porte-parole de la présidence en 1988, puis Secrétaire général de 1991 à 1995.

Mitterrand a eu de vraies visions grâce à sa profondeur historique.

Mariage d'Hubert Védrine et Michèle, en présence de François Mitterrand, 29 juin 1974
Mariage d'Hubert Védrine et Michèle, en présence de François Mitterrand, 29 juin 1974 Crédits : Archives personnelles Hubert Védrine

Dans cet épisode, Hubert Védrine revient sur les temps forts de la politique étrangère de Mitterrand. Y compris sur certaines positions qui avaient à l’époque été critiquées, comme les réticences du président à accepter la réunification allemande, sa lenteur à voir émerger Boris Eltsine et son inquiétude à voir s’effondrer l’URSS encore dirigée par Gorbatchev. Hubert Védrine défend le bilan de l’ancien président qui, affirme-t-il, voulait avant tout que la transition se passe bien. La France avait, pense-t-il, des cartes à jouer dans la fin de la Guerre froide. Hubert Védrine ne concède que deux différences d’appréciation avec François Mitterrand. Un " défaut d’explication " de la politique allemande de l’Elysée et une ambition, un engagement au Proche-Orient qui ne correspondaient pas à l’influence de la France dans la région. Hubert Védrine se dit fier d’avoir vécu dans l’entourage et la proximité de ce " grand homme " qui lui manque encore, même s’il a " continué à vivre après ".

Je pense à François Mitterrand au moins une fois par jour. (...) Il fait partie de ma vie et pour toujours.

Ce qui demeure pour moi après tout ça c'est l'intensité, Mitterrand maîtrisait à merveille l'art de la conversation, il avait un tel talent pour vous embarquer dans une sorte d'épopée de chevaliers de la table ronde, quelque soit l'objectif. Cela donnait une saveur extraordinaire à n'importe quel moment, partager une tasse de café ou un film avec lui.

Une série d'entretiens produite par Isabelle Lasserre, réalisée par Julie Beressi. Prise de son : Sandrine Mallon. Attachée de production : Daphné Abgrall. 

Promenade en Creuse, de gauche à droite, Catherine Camus, Pierre Coursol, François Mitterrand, Suzanne Védrine, Michèle Védrine, Hubert Védrine
Promenade en Creuse, de gauche à droite, Catherine Camus, Pierre Coursol, François Mitterrand, Suzanne Védrine, Michèle Védrine, Hubert Védrine Crédits : Archives personnelles Hubert Védrine

Bibliographie sélective

Pour aller plus loin

Intervenants
  • diplomate, ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin et ancien secrétaire général de la présidence de la République sous François Mitterrand
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......