LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le réalisateur Jean-Paul Rappeneau au Festival du Film Français à Hollywood, le 21 avril 2016
Épisode 5 :

Retour à Auxerre

30 min
À retrouver dans l'émission

Le titre de son dernier film en date, Belles Familles, dit assez combien la famille compte pour Jean-Paul Rappeneau. Comme compte la précision avec laquelle il prépare les tournages, dessine chaque séquence, indique chaque mouvement…

Jean-Paul Rappeneau sur le tournage de 'Belles Familles'
Jean-Paul Rappeneau sur le tournage de 'Belles Familles' Crédits : Jérôme Prebois / ARP

Dans ce cinquième épisode, Jean-Paul Rappeneau revient tout d’abord sur l’adaptation du Hussard sur le toit, réalisée en 1995, adapté du roman de Giono avec Jean-Claude Carrière et Nina Companeez.

Beaucoup ont essayé de l’adapter – Giono lui-même, à plusieurs reprises, Buñuel, Louis Malle, mais personne n’est venu à bout de l’adaptation de ce gros livre, l’histoire d’un voyage à travers la Provence du XIXe siècle frappée par une épidémie de choléra.

Le film suivant, Belles Familles, sort en 2015. Dix années pendant lesquelles le cinéaste a travaillé sur un autre film, Liaison étrangère, qui ne verra pas le jour.

C’est un film que je voulais tourner, que j’ai failli tourner, on était presque au ras du tournage quand il a été abandonné (…) C’était l’histoire d’une jeune femme qui travaillait dans le service culturel d’une ambassade de France en Asie centrale, dans une république, sinon imaginaire, pas réellement nommée dans le scénario, que nous devions tourner en Kirghizie. J’ai longuement repéré là-bas, j’ai les décors ! (…) C’était un film d’aventures et d’espionnage – industriel – (…) Là, j’ai découvert qu’on pouvait se heurter au mur de l’argent. C’était trop cher. 

Dans Belles Familles, ensuite, on retrouve nombre de thèmes chers au cinéaste. Une partie du tournage est réalisée à Auxerre, ville où il a grandi.

Il y a dans ce film une maison de famille, comme dans La Vie de Château, un exilé qui revient en France – ici Mathieu Amalric qui vit à Shanghai, - comme dans Les Mariés de l’an II, où Jean-Paul Belmondo revient dans la France révolutionnaire, une réconciliation avec le père, comme dans Tout Feu tout flamme. 

Dans ce film comme dans beaucoup d’autres signées Rappeneau, ce sont essentiellement les femmes qui sont à la manœuvre.

Ce sont elles qui font bouger les mecs (…) J’ai une amie qui disait ‘il y a un moment donné où les garçons doivent se laisser un peu ébouriffer ‘. Philippe Noiret, dans La Vie de Château, est le personnage ‘ébouriffable’ par excellence. 

L’importance de la famille se retrouve aussi dans le travail : L’une des sœurs de Jean-Paul Rappeneau, Élisabeth, décédée aux premiers jours de 2020, était scénariste (aussi réalisatrice, elle a aussi réalisé de nombreux films pour la télévision –…), a souvent travaillé au côté de son frère. Julien, le, fils aîné, scénariste aujourd’hui réalisateur, a également travaillé avec son père ; son fils cadet, Martin, signe la musique de Belles Familles.

J’ai essayé de dissuader mes fils de faire cela, oh la la ! (rires) Mais je suis très heureux qu’ils fassent cela maintenant. Ça permet que chaque matin, on s’appelle pour savoir où ils en sont de leur travail en cours, et moi du mien. Julien tourne en ce moment (…) et chaque soir il m’envoie des photos du tournage. Ils ont entendu parler (de cinéma) toute leur vie, depuis le matin au petit-déjeuner jusqu’au soir, donc qu’est-ce qui pourrait les intéresser plus que cela ? 

Storyboard de 'Bon Voyage'
Storyboard de 'Bon Voyage' Crédits : Jean-Paul Rappeneau
Extraits du storyboard de 'Bon Voyage'. Dessins Jean-Paul Rappeneau
Extraits du storyboard de 'Bon Voyage'. Dessins Jean-Paul Rappeneau Crédits : Jean-Paul Rappeneau

Il décrit aussi le travail minutieux de préparation des films en nous ouvrant des cahiers où chaque scène, chaque plan est dessiné avec la place de la caméra et les mouvements des personnages – la réalisateur est aussi le « storyboarder » de ses films.
 

Milosz Forman, quand il travaillait avec des coscénaristes, demandait à chaque nouvelle séquence : ‘alors qui entre et qu’est-ce qu’il dit ?’ (…) Ça amène très vite à dessiner – la pièce, la porte —, le dialogue viendra ensuite ; la mise en scène, c’est quand même une certaine gestion de l’espace et ça passe par le dessin.

Quand le tournage arrive, je suis devenu pratiquement le film vivant. J’ai tellement pensé au film, j’ai tellement tout vu (…)

Un mot de la fin ?

Je n’aurais pas pu faire plus de films que je n’en ai fait. C’est comme les enfants, je les aime tous. (…) J’aime mes films. Ce que je regrette, c’est que ces films-là – je pense à Cyrano, au Hussard, aux Mariés de l’an II aussi, ne sont plus possibles, ne sont plus finançables aujourd’hui dans le cinéma français et même européen. Donc je suis fier de les avoir faits. 

Une série d'entretiens proposée par Odile Conseil, réalisée par Nathalie Salles. Prise de son : Georges Tho. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Pour aller plus loin

8 films

  • Belles familles, Jean-Paul Rappeneau / France / 2015 
  • Bon voyage, Jean-Paul Rappeneau / France / 2002 
  • Cyrano de Bergerac, Jean-Paul Rappeneau / France / 1989 
  • Le Hussard sur le toi, Jean-Paul Rappeneau / France / 1994 
  • Les Mariés de l'an II,  Jean-Paul Rappeneau / France-Italie-Roumanie / 1970 
  • Le Sauvage, Jean-Paul Rappeneau / France, Italie / 1975 
  • Tout feu, tout flamme, Jean-Paul Rappeneau / France / 1982 
  • La Vie de château,  Jean-Paul Rappeneau / France / 1966
Chroniques
20H30
20 min
Le Feuilleton
La grâce présidentielle
Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......