LE DIRECT
Portrait de la réalisatrice Josée Dayan
Épisode 2 :

" Le réel ne m’intéresse pas, je n’aime que la fiction "

29 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce deuxième épisode évoque sa grande amitié avec Simone de Beauvoir, à qui elle consacre un documentaire, son premier film mal aimé à Cannes… Elle se souvient de ses débuts foisonnants et son refus absolu du réel et du militantisme.

Josée Dayan et Simone de Beauvoir durant le tournage du film "Simone de Beauvoir", film réalisé par Josée Dayan et Malka Ribowska (1978)
Josée Dayan et Simone de Beauvoir durant le tournage du film "Simone de Beauvoir", film réalisé par Josée Dayan et Malka Ribowska (1978) Crédits : crédits Jean Pimentel/Kipa/Sygma - Getty

Josée Dayan croit au destin. C’est une série de hasards et de déconvenues qui l’amènent à rencontrer Simone de Beauvoir à Venise dans les années 70. Elle obtient de l’écrivaine l’autorisation d’adapter à la télévision l’une de ses plus belles nouvelles : " La Femme Rompue". Une amitié naît entre les deux femmes. A la demande de l’ écrivain,  Josée Dayan lui consacre un documentaire où elle se raconte. Suit une série de trois films sur le Deuxième sexe, où la jeune réalisatrice interviewe les figures du féminisme dans le monde entier. Mais Josée Dayan n’y prend pas de plaisir : seuls la fiction et les acteurs la passionnent. 

Parce que le réel est sordide, Josée Dayan refuse aussi le militantisme.

Si elle a toujours parlé ouvertement de son homosexualité, et a par exemple soutenu Bertrand Delanoé, la réalisatrice refuse  de revendiquer son genre ou son orientation sexuelle, notamment quand il s'agit d'évoquer sa carrière. A-t-elle préféré occulté le sexisme qui sévit dans la profession? "Sans doute".  Dans cet entretien, Josée Dayan raconte aussi ses premiers rendez-vous manqués  avec le cinéma : un producteur qui oublie d’envoyer son documentaire aux Oscars, un premier film de fiction sur la pétanque,  qu’elle accepte sans y croire… C’est grâce aux grand acteurs de cinéma, qu’elle connaîtra la consécration, mais à la télévision.

Une série d'entretiens produite par  Zoé Sfez, réalisée par Laurent Paulré. Attachée de production : Daphné Abgrall. Prise de son : Arthur Dumont.

Pour aller plus loin

Filmographie sélective

  • Simone de Beauvoir, documentaire, 1978.
  • La Femme rompue, téléfilm avec Malka Ribowska et Pierre Zimmer, 1978, d'après une nouvelle de Simone de Beauvoir.
  • Le Deuxième sexe, série de documentaires avec l’aide de Simone de Beauvoir, 1984.
Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......