LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Marceline Loridan-Ivens dans son appartement parisien le 24 janvier 2018.
Épisode 2 :

" J'ai jeûné pour Yom Kippour à Auschwitz par dignité ou pour en appeler à Dieu aussi"

30 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième volet d'une série en cinq parties avec Marceline Loridan-Ivens. Elle raconte dans cet entretien la déportation, sa survie dans le camp de Birkenau-Auschwitz puis la libération.

Marceline Loridan-Ivens dans son appartement parisien le 24 janvier 2018.
Marceline Loridan-Ivens dans son appartement parisien le 24 janvier 2018. Crédits : Annabelle Marcovici - Getty

Par Gila Lustiger. Avec la collaboration de Claire Poinsignon. Réalisation : Anne-Pascale Desvignes. Prise de son : Yves Le Hors.

2) La petite prairie aux bouleaux

Dans ce deuxième entretien d'"A voix nue", Marceline Loridan-Ivens se souvient de son arrivée de nuit dans le camp de Birkenau.

J'avais mal aux pieds et je me dis, "moi je vais prendre le camion", je vous retrouverai là-bas. Je vais vers le camion et c'est une copine, Françoise, que je connais de Drancy qui me dis : "Non, reste avec moi ! Ça va nous dégourdir les jambes !" Elle me sauve la vie sans que je le sache.

Avant la libération des camps par les Russes ou les Américains, les Allemands évacuaient les camps. Elle est donc passée à Bergen-Belsen puis Theresienstadt.

On a fait une sorte de marche de la mort, en wagons à bestiaux dans une Allemagne complètement dans le désordre, où les rails avaient sauté à cause d'un bombardement, la locomotive et les wagons s'arrêtaient. On n'avait pas à manger, ça a duré dix jours. On allait manger l'herbe, on cherchait l'herbe quand ils ouvraient les portes pour qu'on descende. On cherchait les pissenlits, les plantes qu'on connaissait. Et quand on est arrivés, vingt mortes dans mon wagon... On est arrivés tout seuls à Theresienstadt, ils savaient déjà que c'était la fin de la guerre.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......