LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Marie-José Malis, directrice du Théâtre de la Commune à Aubervilliers
Épisode 4 :

La Commune - Aubervilliers

31 min
À retrouver dans l'émission

En 2014, Marie-José Malis se voyait confier la direction du théâtre de La Commune d'Aubervilliers. Avec quelles idées, avec quelles convictions, mais peut-être aussi avec quels doutes, a-t-elle pris alors la direction de La Commune ?

Artistes associés à La Commune-Aubervilliers, Olivier Coulon-Jablonka, Jérôme Bel, Maxime Kurvers, Frédéric Sacard, Marie-José Malis, Marion Siefert
Artistes associés à La Commune-Aubervilliers, Olivier Coulon-Jablonka, Jérôme Bel, Maxime Kurvers, Frédéric Sacard, Marie-José Malis, Marion Siefert Crédits : Willy Vainqueur

Dans quel état d'esprit prend-on la tête d'un Centre Dramatique National comme le théâtre de La Commune d'Aubervilliers ? Avec quel projet arrive-t-on dans un théâtre, dans une ville, chargés d'une telle histoire ? 

J'étais venue voir s'il y avait une marge de manœuvre pour que je puisse réveiller, rajeunir, réapproprier l'institution.

"J'ai tout perdu, je n'ai plus à rien perdre"

Dans ce quatrième entretien, c'est ce que nous dit Marie-José Malis, nommée à Aubervilliers en 2014. Elle évoque aussi ce que fut, cette même année, l'accueil violemment hostile de son Hypérion, adaptation du roman d'Hölderlin, qu'elle présentait au Festival d'Avignon. 

J'ai demandé aux comédiens s'ils souhaitaient que l'on parte, je ne voulais pas qu'ils souffrent, ils m'ont dit non : "ce spectacle on le porte, on sait pourquoi nous sommes là et chaque effet d'humiliation au contraire renforce la nécessité qu'il y a à dire ce texte".

Lorsque je suis rentrée à Aubervilliers, je me suis dit : "j'ai tout perdu, je n'ai plus à rien perdre, il faut que ce soit une chance donc à partir de maintenant je vais faire ce que je veux. Je vais diriger ce théâtre selon un principe de courage et de pur désir, et si ça ne va pas on viendra me le dire et on me mettra dehors.

Marie-José Malis revient également sur la grève et le conflit très dur de 2018 qui l'opposa, elle et son équipe, à une partie des salariés de La Commune. Avec le recul, analysant ce que, d'après elle, ce conflit révélait du présent du théâtre et de la culture dans leur relation à la vie sociale et politique, Marie-José Malis nous dit aussi ce qu'il révélait peut-être d'elle-même. 

Mon défaut mais aussi ma qualité c'était de vouloir objectiver, de proposer une mise à plat de ce qui n'allait pas. Pour certains je crois que c'était une joie, pour d'autres un refus catégorique.

J'en ai conclu que j'avais été totalement orgueilleuse. Qu'il y a de l'impossible, de vraies limites. A un moment il faut considérer que nous sommes séparés et que je n'y peux rien.

De sa proximité avec Alain Badiou, dont elle nous explique ce qui les rapproche, à la radicalité et à l'exigence de ses choix artistiques, Marie-José Malis est une personnalité pouvant apparaître comme "clivante".

S'agissant de la politique, Alain Badiou m'a aidée à comprendre cette catégorie des contradictions au sein du peuple, auxquelles je crois que j'ai été confrontée. (...) Qu'il faut être très humble et discuter avec les gens malgré tout.

Elle nous dit ici en quoi elle est avant tout en quête d'un théâtre qui soit une expérience véritablement collective. Comment se vit à Aubervilliers aujourd'hui cette utopie théâtrale ? Avec ceux qui l'accompagnaient déjà dans le Sud, au temps de La Llevantina, comment tente-t-elle, ici et maintenant, d'accorder sa pratique de l'art dramatique à l'absolu de théâtre qu'elle revendique ? Pourquoi La Commune doit-il être un lieu où se redéfinissent les lois de l'hospitalité de notre siècle ? Pourquoi l'École des Actes ? Autant de questions que nous abordons avec Marie-José Malis dans l'avant-dernier volet de son "À voix nue".

L'Ecole des Actes est une école politique et philosophique dans laquelle on examine toutes les grandes questions du temps présent. Elle est ouverte tous les soirs et gratuite.

Une série d'entretiens proposée par Albane Penaranda. Réalisation : Guillaume Baldy. Prise de son : Yann Fressy. Attachée de production : Daphné Abgrall. Coordination : Sandrine Treiner.

Liens

Bibliographie

Marie-José Malis, Hölderlin à New York, Editions du Cerf, 2019. 

Marie-José Malis, Changer le monde par le théâtre, entretien réalisé par Laure Adler, Editions universitaires d'Avignon, 2016

Chroniques
20H30
24 min
Le Feuilleton
Vols en série
Intervenants
  • metteur en scène, directrice du théâtre de la Commune à Aubervilliers
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......