LE DIRECT
Paul Ricœur en février 1996, chez lui, à Paris. Photo Louis Monier.
Épisode 2 :

"Les Allemands étaient dans les livres, pas ceux qui nous faisaient la guerre"

28 min
À retrouver dans l'émission

Deuxième épisode de la série "A voix nue" consacrée à Paul Ricœur en 1993. Le philosophe revient sur son expérience de prisonnier durant la Seconde guerre mondiale et la rencontre de la philosophie allemande : "Pour nous, les Allemands étaient dans les livres, ce n’était pas nos gardiens."

Portrait de Paul Ricoeur dans son bureau de la Faculté de Lettres de Nanterre en avril 1969, France
Portrait de Paul Ricoeur dans son bureau de la Faculté de Lettres de Nanterre en avril 1969, France Crédits : Getty

Ce deuxième épisode enregistré alors que Paul Ricœur a quatre-vingts ans commence avec son arrestation en 1940. Officier de réserve, il reste prisonnier de guerre pendant cinq ans et consacre toutes ses journées à la lecture de philosophes allemands : Karl Jaspers, Martin Heidegger, Edmund Husserl.

En captivité, Paul Ricœur côtoie beaucoup de résistants, lui qui n’a pas eu le temps d’être confronté au gouvernement de Vichy et à la guerre. Rétrospectivement, le philosophe estime qu'avoir hérité du pays ennemi une vision empreinte de la découverte de cette philosophie l'a protégé d'une prise de conscience des horreurs de la guerre. Avec le recul d'un demi-siècle, Paul Ricœur confie regretter ses hésitations d’alors entre pacifisme et patriotisme. Il dénonce au passage le manque d'engagement des intellectuels français pendant la Seconde guerre mondiale.

Paul Ricœur raconte son admiration pour le philosophe Maurice Merleau-Ponty qui guidera jusqu’au choix de son sujet de thèse : "Le volontaire et l’involontaire". A contrario, Paul Ricœur évoque les points qui l’ont éloigné de Jean-Paul Sartre.

Ma fascination pour la philosophie allemande me vient de la rencontre à peu près simultanée de Edmund  Husserl, quand j’étais encore étudiant, et, d’autre part, de Karl Jaspers. Je dois dire que j’ai entrevu Karl Jaspers dans les années 1935-1940, que j'ai fréquenté alors assidûment comme prisonnier de guerre. Mon expérience de prisonnier de guerre est très importante : de 1940 à 1945, j’étais officier de réserve et donc dans un camp de prisonniers où je n’étais pas soumis au travail. Cinq années de lecture […] J’ai lu intégralement l’œuvre de Karl Jaspers- du moins celle qui était publiée jusque-là- , dont le grand livre, qui s’appelait Philosophie , en trois volumes. Et avec mon ami Mikel Dufrenn, nous avons traversé cette œuvre qui a été d’une grande importance aussi je dirais, avec la pensée allemande, mais aussi dans notre rapport avec l’Allemagne et les Allemands.

1ère diffusion 13/09/1993 sur France Culture. Production : Katarina Von Bulow. Réalisation : Annie Flavell et Vanessa Nadjar. Indexation web : Véronique Vecten, de la Documentation de Radio France. Attachée de production : Daphné Abgrall et Odile Joëssel. Coordination : Sandrine TreinerPour aller plus loin :

Bibliographie :

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......