LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Juliette Gréco, en 1992
Épisode 4 :

Juliette Gréco : "J'ai commencé devant 500 personnes et il a fallu que je gagne tout le reste du monde"

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce quatrième temps des "A voix nue", Juliette Gréco parle chanson. Elle raconte ses débuts, poussée par Sartre qui lui fait rencontrer Vladimir Cosma, puis le succès qui s'affirme et les auteurs qui écrivent pour elle comme Sagan, Gainsbourg, Ferré, Brassens.

Juliette Gréco sur scène à Londres, en 1965
Juliette Gréco sur scène à Londres, en 1965 Crédits : David Redfern-Redferns - Getty

Dans ce quatrième entretien de la série "A voix nue", Juliette Gréco aborde le thème de la chanson, pas du tout anecdotique pour elle.

La Révolution a toujours demandé à la rue de la chanter et la rue a toujours chanté la Révolution. Il n'y a pas de Révolution sans chanson. Il n'y a pas de progrès sans chanson. [...] C'est une chose très importante pour moi, c'est la voix du peuple.

La chanteuse évoque aussi sa voix particulière, trop grave. "Je ne plaisais pas beaucoup... j'avais une voix bizarre et forte", admet-elle. Elle raconte ses débuts de chanteuse sous l'impulsion de Jean-Paul Sartre.

Je n'aime que foutre le feu, c'est vrai. Les institutions me semblent un peu trop solides. Il faut dire la vérité. Il faut la peindre. Il faut la chanter. Il faut la sculpter. Il faut la dire.

Sur la mort, Juliette Gréco dit qu'elle n'en a "pas peur du tout". "J'ai une colère quand les gens meurent, donc j'en parle avec colère mais pas avec peur. Il n'y a que la vie qui me fait peur."

L'interprète des plus grands noms de la chanson française évoque ensuite tour à tour les auteurs qui ont écrit pour elle, comme Georges Brassens, Léo Ferré, Jacques Brel qu'elle compare à "un loup affamé avec des grandes dents et des grandes pattes" ou encore Serge Gainsbourg, "d'une timidité maladive_, i_l ne parlait pas".

J'ai toujours pensé qu'une chanson c'est une pièce de théâtre extraordinairement bien faite en trois ou quatre actes avec une progression théâtrale. Sans cela, ce n'est pas une chanson.

Rediffusion du 9 février 2001

Une série produite par Hélène Hazera. Réalisation : Manoushak Fashahi et Anne-Pascale Desvignes. Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France.

Intervenants
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......