LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
portrait de Jean-Denis Bredin en 2011
Épisode 2 :

Une carrière de juriste

30 min
À retrouver dans l'émission

Jean-Denis Bredin se souvient de ses premières plaidoiries, rend hommage à ses maîtres en éloquence, et porte un regard sur l'évolution du métier de juge et celui d'avocat.

Portrait de l'avocat Jean-Denis Bredin le 20 Mai 1985 à Paris, France.
Portrait de l'avocat Jean-Denis Bredin le 20 Mai 1985 à Paris, France. Crédits : Jean-Claude FRANCOLON/Gamma-Rapho - Getty

Dans ce deuxième entretien, Jean-Denis Bredin se remémore le film de ses 60 dernières années, il se souvient volontiers de sa prestation de serment alors qu'il était mineur ainsi que sa première plaidoirie, "une catastrophe absolue". Il raconte ses premières années d'avocat, marquées par de très belles plaidoiries. Amusé, il donne la définition d’une plaidoirie réussie citant le Président de la Cour de cassation Pierre Bellet : "La meilleure plaidoirie, c’est la plus mauvaise parce qu’elle donne au magistrat envie de donner raison à celui qui a été si mal défendu." 

Il livre une réflexion sur le maniement de la rhétorique et sur l’impact du silence dans l’éloquence : "L’éloquence, c’est aussi une manière d’utiliser le silence, de savoir écouter le silence, d’écouter la portée de ce silence, de distinguer si c’est un silence d’ennui ou d’émotion." Il résume ainsi : "C’est savoir écouter et observer celui qui vous écoute lorsqu’on s’adresse à lui."

Enseignant à la faculté de droit de Rennes, de Lille puis à l'université Paris-Dauphine et  à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, Jean-Denis Bredin compris la nécessité de documenter juridiquement la matière naissante du droit du commerce international. Dans le cabinet d’avocats qu’il a créé, il a accompagné cette transformation en recrutant des juristes étrangers. En 1969, il rédigea un Traité de droit du commerce international, en collaboration avec Yvon Loussouarn. "Ce que l’on appelé l’avocat d’affaires est complètement dépassé par l’avocat des multinationales, des sociétés qui ont des intérêts partout. Le droit est devenu plus compliqué, beaucoup plus savants, d’où des cabinets groupés" explique l'avocat.

Rediffusion de la série d'entretiens produite par Antoine Garapon, diffusés du 3 au 7 octobre 2011.

  • Réalisation : Olivier Bétard. 
  • Prise de son : Gilles Gallinaro et Benjamin Chauvin
  • Avec la collaboration d’Antonin Rabecq
  • Attachées de production : Claire Poinsignon et Daphné Abgrall

Bibliographie sélective

Intervenants
  • Historien, avocat, écrivain, membre de l'Académie Française (1929-2021)
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......