LE DIRECT
Zeev Sternhell
Zeev Sternhell Crédits : MENAHEM KAHANA / AFP - AFP
Zeev Sternhell
Zeev Sternhell
Zeev Sternhell Crédits : MENAHEM KAHANA / AFP - AFP
SÉRIE

Zeev Sternhell, l'histoire à bras-le-corps

5 ÉPISODES (4 DISPONIBLES)
Zeev Sternhell voit le jour dans une petite ville de la Galicie polonaise en 1935, dans une famille d'origine juive. Orphelin à 7 ans, il survit au désastre de la guerre à Lvov, aujourd’hui en Ukraine, caché par un capitaine de l'armée polonaise. A l’âge de 11 ans, il arrive en France, recueilli par un oncle...
À retrouver dans l'émission
A voix nue
Tous les Épisodes
28 min
LE 11/04/2011

Dans cet entretien, Zeev Sternhell raconte son enfance dans un ghetto juif polonais, la façon dont il a échappé à la déportation, et son adolescence à...

28 min
LE 12/04/2011

De sa thèse de science politique soutenue en 1972 et consacrée à l'écrivain Maurice Barrès jusqu'à ses ouvrages plus récents, Zev Sternhell n'a cessé de...

28 min
LE 13/04/2011

Le fascisme, un produit d’importation ? A rebours de l’historiographie française, Zeev Sternhell publie en 1983 "Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste...

28 min
LE 14/04/2011

Israël : là où se rencontrent l'Orient et l'Occident mais surtout la raison et l’absence totale de raison. Là où les frontières n’ont jamais été définies....

28 min
LE 15/04/2011

Dans le dernier volet de ces entretiens avec Philippe Gumplowicz, Zeev Sternhell revient sur une idée qui le préoccupe depuis toujours : la recherche de...

À propos de la série

Zeev Sternhell voit le jour dans une petite ville de la Galicie polonaise en 1935, dans une famille d'origine juive. Orphelin à 7 ans, il survit au désastre de la guerre à Lvov, aujourd’hui en Ukraine, caché par un capitaine de l'armée polonaise. A l’âge de 11 ans, il arrive en France, recueilli par un oncle et une tante, y est scolarisé quelques années au lycée d'Avignon, le temps d’apprendre le français. Il émigre en Israël en 1951, un pays qui n’a encore que trois ans d’âge. Structure d’intégration de la jeunesse, kibboutz, études d’histoire à l’université de Jérusalem : une vie d’homme qui se confond avec le développement, les guerres (il commande une compagnie au combat, dans la campagne de Suez en 1956) et les drames de ce jeune Etat. Et puis, il y a l’œuvre d’historien. Depuis 1972, avec une thèse de science politique consacrée à Maurice Barrès et au nationalisme français jusqu’à ses Anti-Lumières (2006) en passant par la Droite révolutionnaire (1978) et Ni droite ni gauche (1983), ce sont plus de quarante années de travail, une œuvre prolifique et iconoclaste marquée par de nombreuses polémiques, certaines dramatiques, sur lesquelles Zeev Sternhell revient au cours de ces entretiens avec Philippe Gumplowicz. Une œuvre nourrie en creux par une idée : ce qui divise les hommes, à terme, les tue, c’est l’identité revendiquée dans toutes ses nuances, du nationalisme au fascisme. Ce sont les porteurs de cocardes, les chauvins. C’est tout simplement le déni de l’universel.

À venir dansDans    secondess

Full ScreenCreated with Sketch.Close