LE DIRECT
Jean Malaurie photographié lors du festival "Etonnants Voyageurs" de Saint-Malo, en 1999.

Ce que Jean Malaurie a apporté aux sciences sociales

8 min
À retrouver dans l'émission

Suite à la parution du Cahier de l'Herne consacré à Jean Malaurie, l'ethnomusicologue Lauriane Lemasson revient au micro de Marie Sorbier sur les apports multiples du géographe et écrivain à la musicologie.

Jean Malaurie photographié lors du festival "Etonnants Voyageurs" de Saint-Malo, en 1999.
Jean Malaurie photographié lors du festival "Etonnants Voyageurs" de Saint-Malo, en 1999. Crédits : Raphael GAILLARDE - Getty

Les Cahiers de L'Herne consacrent leur dernière édition, parue le 19 mai, au géographe et écrivain Jean Malaurie qui, à 98 ans, continue d'inspirer des chercheurs dans de nombreuses disciplines. L'ethnomusicologue Lauriane Lemasson revient au micro de Marie Sorbier sur l'influence de Jean Malaurie sur ses recherches en musicologie.

Lauriane Lemasson rencontre pour la première fois Jean Malaurie à l'été 2013, lors de sa première expédition en Terre de Feu, en Argentine. Elle transmet une copie de sa soutenance de master au géographe qu'elle cite à plusieurs reprises dans ce travail, désirant échanger avec lui. Jean Malaurie, intéressé par cette recherche sur le paysage sonore de la Terre de Feu argentine, la contactera quelques semaines plus tard. S'ensuit une collaboration sur plusieurs projets.

En quoi les travaux de Jean Malaurie sont-ils inspirants pour les jeunes chercheurs d'aujourd'hui ? Selon Lauriane Lemasson, c'est avant tout le parcours du géographe et écrivain qui fait de son travail un apport si singulier aux sciences sociales.

C'est pionnier dans les sciences humaines, puisqu'il montre que les multiples facettes d'un terrain ne peuvent être étudiées qu'en faisant appel à plusieurs disciplines.                
Lauriane Lemasson 

Les travaux et le parcours de Jean Malaurie sont fondamentalement pluridisciplinaires. Après une formation de géographe physicien, son cheminement intellectuel l'amène rapidement à repousser les limites de la discipline en y apportant une dimension ethnographique. Dès sa première mission en solitaire à Thulé, au Groenland, en 1950, il conçoit des cartes topographiques, collectant des données liées à la géomorphologie du territoire tout en recensant un groupe de 300 Inuits. Cela lui permet d'établir la première généalogie, sur quatre générations, de ces communications. Un travail qui le mène également à faire la rencontre du chamane Uutaaq, dont l'influence sera cruciale pour l'évolution de la pensée du chercheur et son engagement contre les effets protéiformes de la colonisation. Plus tard, Jean Malaurie et ses compagnons Inuits découvrent une base secrète de l'armée américaine. Il prend alors position, non pas en tant que résistant de la Seconde Guerre mondiale comme il l'avait été dès 1943, mais en défenseur des peuples Inuit face à la toute-puissance américaine. 

Cet engagement-là est inspirant et a donné naissance à son premier livre, en 1955, Les Derniers rois de Thulé, mais aussi à la collection Terre humaine, qu'il dirige depuis 1955. Cette collection est à l'image de son créateur : engagée en faveur des minorités, pluridisciplinaire, elle met l'accent sur la richesse de la pluralité culturelle et sur les méfaits de la mondialisation. C'est la possibilité d'un autre regard sur le monde, autre que celui des Occidentaux.              
Lauriane Lemasson

Depuis 2011, Lauriane Lemasson concentre ses recherches sur l'extrême sud de l'Amérique latine, au sud du détroit de Magellan. En préparant sa première expédition sur le terrain en 2013, le constat est pour elle sans appel : tous les ouvrages qu'elle consulte alertent sur la disparition des peuples autochtones de la région. 

Je me suis retrouvée à devoir prendre position quant à la pseudo-disparition, vue depuis l'Europe, des peuples autochtones de Terre de Feu et des îles voisines. Tout laissait croire qu'il n'y avait plus personne, tous les récits les concernant étaient écrits au passé. Aucune remise en question de l'état actuel des lieux. Sauf que si on se rend sur place et qu'on enlève certains filtres abjects de l'anthropologie, c'est une toute autre situation que l'on rencontre.              
Lauriane Lemasson

Ces peuples sont aujourd'hui en partie regroupés sous l'égide de communautés qui leur permettent de défendre leurs droits, explique Lauriane Lemasson. Un enjeu majeur de leur lutte est de pouvoir récupérer les corps des leurs, éparpillés et morcelés dans plusieurs musées internationaux, dont le Musée de l'Homme à Paris. Depuis plusieurs années, la chercheuse travaille avec des membres de ces communautés afin de créer des ponts entre eux et l'Europe, pour participer à la reconstruction de ce que les génocides subis par leurs ancêtres ont détruit. 

Lauriane Lemasson travaille avec les survivants des génocides qui ont eu lieu en Argentine et au Chili, en explorant des lieux privatisés depuis la colonisation à la fin du 19ème siècle. Sur place, elle collecte des informations sur les anciens campements autochtones, ce qui lui permet de reconstituer des cartes dans la langue de ces peuples  Selk'nam, Haush et Yagan. En utilisant l'apport de l'acoustique, la chercheuse peut aller au-delà de l'archéologie traditionnelle : en s'intéressant à la dimension sonore des lieux, elle peut caractériser des sites rituels et redonner à des lieux désertés aujourd'hui leur dimension culturelle. Cette démarche correspond à sa recherche spécialisée sur les paysages sonores. 

J'essaie de m'immerger le plus possible pour écouter comme ceux qui m'ont précédée dans ces lieux. La tâche est immense, mais grâce à plusieurs expéditions immersives en solitaire de plusieurs mois, l'oreille s'affine et on arrive à percevoir, petit à petit, des éléments du paysage. La morphologie acoustique d'un lieu peut être très singulière et corroborer les besoins d'un rituel.            
Lauriane Lemasson

D'une première étude acoustique d'un site qui a été étudié par le Centre austral d'investigation scientifique d'Ushuaia, Lauriane Lemasson a pu tirer un modèle acoustique transposable à d'autres lieux. En répétant les mêmes expériences dans ces autres lieux, elle découvre qu'on peut retrouver des caractéristiques permettant de démontrer qu'un lieu correspond aux besoins d'un rituel. 

Dans le texte qu'elle signe dans le Cahier de l'Herne consacré à Jean Malaurie, la chercheuse suggère qu'elle compte poursuivre ses travaux autour du cercle arctique. Un projet qui vient s'ajouter à une liste dense : Lauriane Lemasson travaille actuellement à la création du fond sonore Jean Malaurie, sous l'égide de l'Université de Versailles, tout en préparant avec son conjoint un voilier avec lequel elle souhaite voguer vers le Groenland, sur les traces de Jean Malaurie, pour faire des études acoustiques de sites que le géographe lui a mentionnés.  

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Bibliographie

.

Cahier de l'Herne - Jean MalaurieEditions de l'Herne, 2021

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......