LE DIRECT
Le cinéaste Pier Paolo Pasolini, documentariste et poète anticonformiste.

Pasolini, pasoliniennes, pasoliniens, les "appunti" sont en ligne

8 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion du cycle "Pasolini, Pasoliniennes, Pasoliniens !" disponible sur le site de la Bibliothèque publique d'information jusqu'au 21 juin, le professeur de cinéma Hervé Joubert-Laurencin revient sur les "appunti", ces carnets de notes filmés, fondamentaux dans l'oeuvre de Pasolini.

Le cinéaste Pier Paolo Pasolini, documentariste et poète anticonformiste.
Le cinéaste Pier Paolo Pasolini, documentariste et poète anticonformiste. Crédits : Bibliothèque publique d'information, Centre Pompidou

Pasolini, Pasoliniennes, Pasoliniens !, c'est le nom du cycle consacré à la figure artistique et intellectuelle majeure qu'incarne le cinéaste, romancier et poète Pier Paolo Pasolini, disponible jusqu'au 21 juin sur le site de la BPI. Les 27 films présentés en VOD se consacrent notamment à la forme des appunti, des notes visuelles qui occupent une place particulière dans l'oeuvre de Pasolini. Au micro de Marie Sorbier, le professeur de cinéma à l'Université Paris-Nanterre, cinéaste et traducteur de Pasolini Hervé Joubert-Laurencin revient sur l'importance de ces carnets de notes dans le travail du réalisateur italien. 

Chez Pasolini, tout est au croisement de l'esthétique et de l'éthique, de son cinéma à sa poésie en passant par ses romans. Au coeur de cette oeuvre, les appunti constituent une forme particulière, rassemblés pas le cycle rétrospectif mis en place par la Cinémathèque du documentaire. C'est Jean-Claude Biette, réalisateur français, qui fut également écrivain et assistant de Pier Paolo Pasolini, qui invente le terme appunti dans un des premiers numéros de la revue Trafic. Ce terme est repris par Hervé Joubert-Laurencin dans un livre intitulé Pasolini : portrait du poète en cinéaste (Cahiers du Cinéma, 1995), où il soutient que les appunti de Pasolini doivent être pris dans la logique de ses films de fiction et ses oeuvres documentaires, au lieu d'être considérés comme des travaux à part. 

Le livre sera publié dans une nouvelle édition augmentée en mars 2022, pour célébrer le centenaire de la naissance de Pasolini. Comme le fait remarquer Hervé Joubert-Laurencin, c'est surtout la mort du réalisateur italien, un assassinat aux motivations mystérieuses, qui reste dans les mémoires.

Enfin, pour la première fois, on va fêter la naissance de Pasolini. Je n'en peux plus de fêter la mort de Pasolini ! On l'auréole tous les cinq ou dix ans, et c'est assez tragique. On va sortir du tragique et entrer dans la naissance de Pasolini l'année prochaine, c'est formidable.                                    
Hervé Joubert-Laurencin 

Les appunti sont plus que de simples documentaires, explique Hervé Joubert-Laurencin, avant tout car Pasolini n'était pas un documentariste traditionnel. La réalisatrice italienne Cecilia Mangini, décédée le 21 janvier 2021, avait permis à Pasolini de faire ses débuts dans le cinéma. Il a notamment écrit le premier documentaire de Mangini, Ignoti alla Città, sorti en Italie en 1958. 

Les appunti sont des documentaires, mais sont aussi des films inachevés. Des films pour un film à faire. Il y a quelque chose de très beau dans la poétique de l'inachèvement, qu'on appelle le non finito en histoire de l'art, que Pasolini a utilisé non seulement dans sa littérature, mais aussi dans le cinéma, chose moins connue de l'histoire du cinéma.                                    
Hervé Joubert-Laurencin

Certains appunti sont des repérages transformés en oeuvres filmiques à part entière. Ils forment ainsi une oeuvre en train de se faire, qui a pu servir à Pasolini dans des films qui n'ont jamais vu le jour, et d'autres qui ont bel et bien existé, comme les repérages pour le film L'Evangile selon Saint-Matthieu (1964). Hervé Joubert-Laurencin cite également les Appunti per un Poema sul Terzo Mondo, avec lesquels Pasolini envisageait autant de films que de carnets de notes : un pour chaque continent, et les luttes pour la libération propres à chacun de ces continents. 

Les appunti sont des tragédies géopolitiques. Plus que l'éthique, ils pensent la politique dans un lieu donné. Ils rejoignent le poétique et le politique.                                  
Hervé Joubert-Laurencin

Les appunti présentent également un intérêt dans leur démarche anthropologique. A la manière des anthropologues qui tiennent durant leurs enquêtes un carnet de notes d'ordre scientifique et empirique, et un autre plus poétique, destiné aux associations d'idées, aux pensées littéraires, les appunti de Pasolini semblent faire les deux à la fois. 

Les appunti sont des films pour les anthropologues, qui participent au renouvellement de la relation entre cinéma et anthropologie. Les anthropologues qui font du cinéma savent que la poésie est une chose d'importante et qu'elle n'est pas non-scientifique. Que l'apport personnel compte, que la modification du terrain passe par une relation poétique importante.                                  
Hervé Joubert-Laurencin

Le travail de Pasolini n'est pas un travail d'investigation mais plutôt d'affabulation, terme que le cinéaste italien utilise comme titre d'une de ses pièces de théâtre. Son oeuvre se penche sur la relation entre vérité et fiction, sur les effets de vérité que produit la fiction. 

Pasolini tient tout à la fois. Non pas dans un mélange, mais dans une relation entre le récit et la vérité. Comme disait Serge Daney, l'important dans les documentaires, c'est le récit du monde et de la vie. La fiction est importante par l'aspect de documentation qu'elle apporte sur ce qui est en train de se faire, de se jouer.                              
Hervé Joubert-Laurencin

On peut considérer que les appunti sont une filmographie parallèle, presque fantôme. Ils forment un retour au 16mm et au noir et blanc, quand Pasolini tourne des grosses productions en couleurs. C'est une continuation d'un cinéma plus expérimental, ou du moins plus expérimenté. Mais on pourrait tout aussi bien reprendre les appunti avec les autres films de Pasolini. Hervé Joubert-Laurencin

Le cycle proposé par la Cinémathèque du documentaire fait également figurer d'autres artistes autour de cette forme cinématographique, comme le metteur en scène de théâtre Pippo Delbono. Une pérennité esthétique, politique, philosophique de la forme appunti ? Pour Hervé Joubert-Laurencin, il est particulièrement intéressant de chercher chez des auteurs contemporains une relation avec Pasolini à travers des emplois du procédé formel de l'appunti

Pasolini a inventé et poussé une forme qui mêle géopolitique, anthropologie, poésie et inachèvement. Cette forme a fonctionné et se retrouve fréquemment, ce qui n'était pas du tout le cas lors de ses débuts, dans les années 1960. Son aspect expérimentateur ne se voit pas beaucoup, car ses formes ne sont pas données comme expérimentales. Il n'est pas un réalisateur underground, mais il y a à l'intérieur de son cinéma toutes sortes de formes d'expérimentation.                                
Hervé Joubert-Laurencin

L'appunti est une forme qui est devenue presque un classique, parfois même évidente, presque banale. Raconter des notes, c'est parfois simplement de la fainéantise, alors que chez Pasolini, c'est un travail impressionnant.                                
Hervé Joubert-Laurencin

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • professeur en études cinématographiques à l'université de Paris Nanterre, codirecteur du département des arts du spectacle et de l'unité de recherches "HAR", traducteur et spécialiste de l’œuvre de Pier Paolo Pasolini

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......