LE DIRECT
A partir de quand une référence devient-elle du plagiat ?

Création artistique : inspirer c'est donner, emprunter c'est voler ?

7 min
À retrouver dans l'émission

La notion de vol a-t-elle un sens quand on parle de création ? Pour comprendre les fondements ontologiques de la polémique concernant les accusations de plagiat du metteur en scène Yoann Bourgeois, l'anthropologue Marc Abélès revient sur le concept d'emprunt intellectuel.

A partir de quand une référence devient-elle du plagiat ?
A partir de quand une référence devient-elle du plagiat ? Crédits : MassanPH - Getty

Le milieu du spectacle vivant a été secoué ces derniers temps par des questions autour des influences, des copies et de la paternité des idées dans les créations. Le metteur en scène Yoann Bourgeois a notamment été accusé d'avoir largement emprunté des scènes de ses spectacles à d'autres metteurs en scène. Au micro de Marie Sorbier, l'anthropologue et directeur de recherche au CNRS Marc Abélès revient sur la notion d'emprunt intellectuel. 

Dans son ouvrage Mann, Adorno, Schönberg. Pactiser avec le diable (Exils, 2021), Marc Abélès prend comme point de départ le roman de Thomas Mann Le Docteur Faustus, ainsi que la relation entre l'auteur et le philosophe Theodor Adorno, pour ausculter les tensions personnelle, artistique et politique qui habitent ces penseurs. Il fait notamment référence à ce que Thomas Mann nomme son "principe de montage".

Thomas Mann écrit à partir de toute une documentation. Il lit énormément et s'inspire beaucoup de choses qui ont été écrites avant lui. Il intègre des morceaux qui ne sont pas nécessairement des copies mais des inspirations venant de ses auteurs. Ce qu'il appelle "montage" est une manière d'écrire globalisante, où il se penche sur des sujets extrêmement larges.      
Marc Abélès

Le Docteur Faustus, explique Marc Abélès, est une réflexion sur l'évolution de l'Allemagne du temps de Mann, où l'auteur essaye de voir comment s'accomplit la dérive d'un Etat pacifique et culturellement élevé vers une période de barbarie. Cette dérive concerne également la musique, un aspect que Mann traite en s'inspirant d'écrits d'Adorno figurant dans Philosophie de la nouvelle musique

Adorno a envoyé ses manuscrits de Philosophie de la nouvelle musique, au même moment où Mann travaille sur Faust, à la lumière d'un musicien ayant fait un pacte avec le diable. Après la lecture d'Adorno, Mann souhaite le rencontrer car il s'aperçoit qu'il n'est pas vraiment au point sur l'aspect technique de la musique. Il a néanmoins l'intuition d'une révolution musicale, avec le sérialisme et la musique dodécaphonique, qui est une véritable transformation du métier et en même temps liée aux évolutions de l'Europe de son temps.      
Marc Abélès

Peut-on se réapproprier une référence, de la même manière que Thomas Mann le fait sur la musique sérielle ? Pour Marc Abeles, il serait difficile de concevoir un livre sur la musique sans qu'il y ait des récupérations et des références à d'autres écrits contemporains.  

Il y a un problème en ce moment. On condamne tout, on en veut à tout le monde. Je ne comprends même pas qu'on pose cette question à propos de Thomas Mann car il est lui-même d'une honnêteté incroyable : il dit avoir une façon d'écrire tenant compte des écrits des autres. C'est ce que n'importe quel écrivain fait. Comment faire sans s'inspirer des autres ?      
Marc Abélès

Thomas Mann écrit lui-même qu'une telle reprise de la pensée d'un autre s'apparente à "un vol éhonté". Les références sont-elles intrinsèques au travail de l'artiste, qui ne ferait que s'inspirer de ce qui a été fait avant lui ? Ou bien, au contraire, la création nécessite-t-elle une part d'ex nihilo ?

Je ne sais pas ce qu'est une création ex nihilo. Quand Mann parle de vol éhonté, c'est très ironique. Pour lui, tout ce qui est travaillé par l'écrivain est toujours déjà transformé. Certes, on peut dire qu'il a volé le mythe de Faust, mais alors combien d'écrivains l'ont volé ?      
Marc Abélès

Dans son journal, cité dans l'ouvrage de Marc Abélès, Thomas Mann affirme également qu'"une pensée n'a pas de propriétaire, du moins aux yeux de l'artiste. Ce qui lui importe est de pouvoir l'intégrer dans l'engrenage spirituel de l'oeuvre". Une définition de l'influence et des références ? C'est du moins celle qui correspond à la méthodologie de Mann qui se fonde sur une documentation très approfondie, précise Marc Abélès.

C'est cette manière de travailler qui lui a permis d'être au courant de ce que faisait Schönberg. Si quelqu'un a accusé Mann de l'avoir volé sans l'avoir cité, c'est Schönberg. Mann crée une compositeur fictif qui invente la musique dodécaphonique, alors qu'elle a un inventeur réel, Schönberg. Lors de la publication du texte de Mann, Schönberg s'aperçoit n'avoir même pas été cité, et exige alors que sa propriété intellectuelle soit respectée.      
Marc Abélès

Dans la deuxième édition du Docteur Faustus, Mann fera explicitement référence à Schönberg en tant qu'inventeur de la musique dodécaphonique. Pour Marc Abélès, le travail de Mann est une manière de publiciser cette révolution musicale au moyen d'une fiction adressée à un très large public, à une époque où la musique dodécaphonique était encore très peu connue.

Concernant la relation entre Mann et Adorno, Marc Abélès y perçoit beaucoup d'ambivalence. Thomas Mann, prix Nobel, un des écrivains les plus célèbres d'Allemagne, est très admiré par Adorno, qui dit à plusieurs reprises avoir toujours rêvé de rencontrer l'auteur. Que Mann reconnaisse la compétence musicale et la qualité philosophique d'Adorno élève significativement le philosophe. Dans sa correspondance, Mann reconnaît explicitement l'apport d'Adorno à son travail, ainsi que dans un journal écrit en parallèle du Docteur Faustus, qu'il dédicace à Adorno en le nommant "le véritable conseiller suprême". Les notes d'Adorno constituent un apport précieux permettant à Mann d'écrire les passages musicaux de son ouvrage. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • Anthropologue, directeur d’études à l'EHESS (chaire « Anthropologie des Institutions ») et directeur de recherche au CNRS

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......