LE DIRECT
Une des voitures de l'Orient-Express avec son emblème d'origine, photographiée le 15 septembre 2018 à Paris lors des Journées européennes du patrimoine.

Pourquoi l'Orient-Express inspire-t-il toujours les artistes ?

8 min
À retrouver dans l'émission

L’Orient-Express ne cesse d’inspirer plasticiens et écrivains. Suite à l'annonce d'une exposition de photographies d'archives aux Rencontres de la photographie d'Arles en juillet 2021, l'historien Guillaume Picon revient sur les fondements de la légende de ce train mythique.

Une des voitures de l'Orient-Express avec son emblème d'origine, photographiée le 15 septembre 2018 à Paris lors des Journées européennes du patrimoine.
Une des voitures de l'Orient-Express avec son emblème d'origine, photographiée le 15 septembre 2018 à Paris lors des Journées européennes du patrimoine. Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP

Dans le temps et à travers l'Europe, le voyage mythique entre Paris et Constantinople du train de légende l'Orient-Express ne cesse, depuis sa mise en circulation, de nourrir fantasmes et œuvres artistiques. En juillet 2021, lors des Rencontres photographiques d'Arles, une exposition intitulée "Orient-Express & Cie. Entre histoire et mythologie" dévoilera les coulisses de ces voyages. Au micro de Marie Sorbier, l'historien Guillaume Picon, auteur de Orient-Express: De l'histoire à la légende (Albin Michel, 2017), explique au micro de Marie Sorbier pourquoi ce train est une source d'inspiration si vivace. 

Le voyage inaugural de l'Orient-Express a lieu en 1883, en pleine révolution ferroviaire. Le parcours de l'Orient-Express, comme celui de la plupart des trains en Europe à cette époque, n'est alors pas continu. Il s'arrête notamment près des rives du Danube, et il faut traverser le fleuve sur un bateau pour passer de la Roumanie à la Bulgarie. Les voyageurs reprennent le train jusqu'à la ville bulgare de Varna, qui se situe au bord de la mer Noire. A nouveau, il faut remonter sur un bateau pour arriver jusqu'à Constantinople, actuelle Istanbul, la destination finale de l'Orient-Express. 

Dans cette partie de l'Europe, qu'on pourrait appeler le Far East européen, le réseau ferroviaire n'est pas encore achevé. Avec ses différents points de rupture entre Paris et Istanbul, le trajet de l'Orient-Express dure à cette époque 81 heures. C'est un record, puisque cela est bien plus rapide qu'un trajet par voie maritime.                  
Guillaume Picon

La vitesse est une des premières raisons du succès de l'Orient-Express, d'autant plus que les liens touristiques et économiques entre l'Europe et l'Empire ottoman sont particulièrement soutenus à la fin du 19ème siècle. Tel qu'imaginé par le Belge Georges  Nagelmackers, fondateur de la Compagnie Internationale des Wagons-lits, l'Orient Express est un train de luxe destiné à une clientèle aisée et internationale. Le confort à bord de ce train n'aura de cesse de s'améliorer. Pour favoriser le wagon-restaurant, une des clés du succès de l'Orient-Express, le train est rénové pour que les passagers puissent circuler d'une voiture à l'autre. Cette intercommunication entre les différentes voitures est une innovation pour les trains de la fin du 19ème siècle. Elle consiste en des soufflets qui permettent de passer d'une voiture à l'autre en toute sécurité, en dépit des potentielles intempéries. Une technologie novatrice par rapport aux autres trains qui fonctionnent en diligence : chaque voiture est munie de portes latérales uniquement. Pour passer d'une voiture à une autre, il faut donc attendre que le train soit à l'arrêt. L'Orient-Express continue de s'améliorer avec des wagons-lits luxueux qui reprennent le modèle américain des sleeping cars créées par l'ingénieur George Pullman tout en transposant le confort de l'appartement bourgeois européen. 

De 2015 à 2019, la SNCF a rénové certaines voitures de l'Orient-Express. Reste à savoir si le mythique voyage proposé au 19ème siècle peut susciter le même enthousiasme chez les voyageurs d'aujourd'hui. 

Le rapport au voyage n'est pas le même. Notre époque est dominée par les flux et la vitesse, et l'Orient-Express ne sera pas aussi rapide que ce à quoi nous sommes habitués. Cela pourrait amener les voyageurs à découvrir des paysages qu'on ne peut observer lorsqu'on les traverse en TGV. C'est la différence entre voyager en France par des autoroutes ou par des routes départementales. Le projet de la SNCF est de proposer à une clientèle aisée un retour au voyage d'antan, dont on sublimerait l'image en disant aux voyageurs d'enfin prendre le temps de voyager.                
Guillaume Picon

Souvent qualifié de mythe ou de légende, il semble que l'Orient-Express soit devenu un référent de l'imaginaire universel plus qu'une réalité. Selon Guillaume Picon, cela tient au succès du train dès son lancement en 1883. Sur le modèle de l'Orient-Express, la Compagnie Internationale des Wagons-lit va créer d'autres trains de luxe, comme le Calais Méditerranée Express. Ce dernier est souvent appelé le Train bleu en raison de la couleur de ses voitures, mais l'historien note que dans la mémoire collective, la couleur bleue reste associée à l'Orient-Express, dont certaines des voitures sont inscrites sur la liste des monuments historiques.

La littérature et le cinéma ont également participé au mythe de l'Orient-Express. Le roman du journaliste et grand reporter Maurice Dekobra La Madone des sleepings (Baudinière, 1925), vendu à 300 000 exemplaires après sa parution est un des premiers textes à situer un récit dans l'Orient-Express. Suivra en 1934 l'intrigue la plus célèbre liée à ce train, Le Crime de l'Orient-Express d'Agatha Christie. A l'instar de Joseph Kessel et son Wagon-lit (Gallimard, 1932), de nombreux écrivains à l'oeuvre aventurière et journalistique comme Paul Morand sont également séduits par les trains de luxe de la Compagnie Internationale des Wagons-lits. Notamment parce qu'à l'époque de son lancement, l'Orient-Express permet de traverser les différents Etats européens sans que les passagers aient à obtenir des autorisations à chaque frontière. Pour ce faire, la Compagnie Internationale des Wagons-lits crée la fonction de conducteur. Il s'agit non pas de l'employé qui conduit le train, mais de celui qui conduit les passagers à leurs cabines, subvient à leurs besoins lors du voyage et récupère leurs passeports pour les montrer aux douanes des différents pays traversés. Un poste emblématique de la qualité du service rendu aux voyageurs, qui a fait le succès de l'Orient-Express depuis ses débuts. 

Pour aller plus loin :

En attendant l'exposition Orient-Express & Cie dans le cadre des Rencontres d'Arles à partir du 4 juillet 2021, l'ouvrage Orient-Express & Co. Archives photographiques d'un train mythique d'Eva Gravayat et Arthur Mettetal est disponible aux éditions Textuel et le livre de Guillaume Picon Orient-Express : De l'histoire à la légende est disponible aux éditions Albin Michel. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......