LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Soirée d'ouverture du dixième Festival Lumière en 2018 à Lyon

"Le cinéma est le dernier endroit où la pop culture rencontre la culture légitime"

8 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion des 125 ans de l'ouverture de la première salle de cinéma en France, le producteur Thierry Spicher détaille les évolutions de la consommation de cinéma dans le monde au micro de Marie Sorbier.

Soirée d'ouverture du dixième Festival Lumière en 2018 à Lyon
Soirée d'ouverture du dixième Festival Lumière en 2018 à Lyon Crédits : AFP

Alors que nous fêtons ce 28 décembre les 125 ans de l'ouverture de la première salle de cinéma en France, en 1895, le dernier-né des studios Pixar Soul est sorti sur la plateforme numérique Disney , et nulle part ailleurs. Au micro de Marie Sorbier, le producteur de cinéma Thierry Spicher revient sur les transformations récentes et à venir des modes de consommation du cinéma. 

Si la pandémie a accéléré des évolutions qui lui préexistaient, elle a aussi mené à la deuxième mise en quarantaine de l'histoire du cinéma mondial, précise Thierry Spicher. Les salles de cinéma ne sont en effet restées fermées aussi longtemps qu'une fois auparavant, lors de la pandémie de grippe espagnole de 1918-1919. Selon le producteur, les conséquences sur l'industrie du cinéma seront les mêmes d'une pandémie à l'autre :

Il y aura probablement une concentration des plus gros acteurs, qui boufferont les moyens. La bonne nouvelle, c'est qu'il restera plein de place pour les petits, qui ont un demi-siècle pour devenir des moyens, à moins de se faire manger par les gros.            
Thierry Spicher

En France, les plateformes participeront-elles au financement du cinéma ?

Du fait de sa politique d'exception culturelle, la France constitue un cas à part : c'est le seul pays au monde où un film n'est disponible sur plateforme que 36 mois après sa sortie en salles. Aujourd'hui, néanmoins, les plateformes comme Disney profitent de la fermeture des salles comme opportunité pour gagner encore plus de nouveaux adhérents. Résultat : en trois mois après son lancement, Disney a quasiment accompli ses objectifs fixés à 2024. 

Les grands enjeux vont être de garder les clients et de mettre en place un modèle économiquement plus équilibré et favorable.            
Thierry Spicher

Fin septembre 2020, la France aurait dû avoir terminé de transposer la nouvelle directive européenne sur les services de médias audiovisuels (SMA) et le droit d'auteur, rappelle Thierry Spicher. Ce dépassement de délai est dû aux négociations sur les conditions de participation des plateformes numériques au système de financement du cinéma en France via le Centre national du cinéma (CNC). 

C'est ce que vous Français avez de génial : un système très complexe, mais vertueux à la fin, et qui avait trouvé son équilibre.        
Thierry Spicher

Aux Etats-Unis, les salles de cinéma aux mains des grands studios et plateformes numériques ?

Aux Etats-Unis, l'administration Trump a définitivement annulé le décret Paramount, qui interdisait les trusts dans le secteur du cinéma en empêchant les studios d'être exploitants de salles de cinéma, de vendre des films par packs, et d'avoir trop d'exclusivités sur un même territoire. Dans le même temps, les studios Warner ont annoncé que dès 2021, tous leurs films sortiront en même temps en salles et sur la plateforme HBO Max. Les studios Universal, quant à eux, se sont accordés sur un délai de 17 jours entre la sortie en salles et la présence du film en ligne. 

Au niveau mondial, les grands studios et les trois géants numériques (Apple, Netflix, Amazon) sont en train de prendre position pour probablement racheter les salles. Sortir les films à la fois sur plateforme et en salles peut être une stratégie pour affaiblir les salles et les racheter.        
Thierry Spicher

Si les salles de cinéma continuent de représenter un intérêt pour les grands studios américains, et leurs concurrents numériques, c'est selon Thierry Spicher parce que la sortie en salles et sur plateforme présente un modèle attractif. A ce titre, le producteur cite l'implantation de Studio Canal en Chine au même moment où Warner perdait la plupart de ses investissements dans le pays, contraint de revendre ses salles à un exploitant chinois (plus de détails disponibles ici). 

L'expérience de la salle est-elle incontournable ?

Il y a un risque que le cinéma redevienne un événement de foire avec seulement des immenses salles. Spielberg et Cameron avaient pronostiqué ce risque où le cinéma devient comme l'opéra : on ne se déplace que pour de grands événements qu'on paye très cher, presque plus que d'énormes et prestigieuses avant-premières. Puis après, on voit des films sur plateforme.        
Thierry Spicher

On peut aussi penser que l'expérience de la salle, le fait de se déplacer, le partage des émotions, est si unique et particulière qu'elle va durer. Pour la France, il y a deux hypothèses. Soit elle devient une sorte de Tiers-Monde où les films américains ne sortent plus, parce qu'il vaut mieux ne pas sortir en salles pour pouvoir sortir sur plateforme. Soit, au contraire, la France devient un terrain expérimental où les films sortent six mois avant les plateformes. Thierry Spicher

Malgré ces hypothèses, Thierry Spicher estime que la France est comparativement un marché du cinéma trop petit par rapport aux marchés américain et asiatiques. Dans ce rapport de force, une défense trop ardue et conservatrice de l'exception culturelle française pourrait mettre l'industrie cinématographique française en grande difficulté au niveau international.

Sans blockbusters, avec seulement des salles d'art et essai, le cinéma va devenir un peu comme le théâtre, un ghetto subventionné. C'est pourtant le dernier endroit où la culture pop trouve la culture légitime.        
Thierry Spicher

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • Producteur de cinéma et professeur de sociologie à l'université de Fribourg
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......