LE DIRECT
Le Sondhemi Theater de Londres, quelques heures avant sa fermeture suite à de nouvelles restrictions sanitaires le 15 décembre 2020.

"Au Royaume-Uni, le secteur culturel affiche une grande détresse"

6 min
À retrouver dans l'émission

Comment la culture et les artistes ont-ils pu réagir face à la pandémie au Royaume-Uni ? Etat des lieux du secteur culturel britannique après la signature de accord final du Brexit le 24 décembre 2020, avec Cécile Doustaly, maîtresse de conférences en études britanniques à Cergy Paris Université.

Le Sondhemi Theater de Londres, quelques heures avant sa fermeture suite à de nouvelles restrictions sanitaires le 15 décembre 2020.
Le Sondhemi Theater de Londres, quelques heures avant sa fermeture suite à de nouvelles restrictions sanitaires le 15 décembre 2020. Crédits : DANIEL LEAL-OLIVA - AFP

Après la Pologne, New York et l'Espagne, le tour du monde des politiques culturelles d'Affaire en cours s'arrête au Royaume-Uni, où le secteur culturel doit s'adapter à deux transformations profondes, avec une nouvelle flambée de la pandémie et la signature d'un accord longtemps attendu pour le Brexit, le 24 décembre 2020. Cécile Doustaly, maîtresse de conférences en études britanniques à Cergy Paris Université, chercheuse invitée à l'université de Warwick, explique au micro de Marie Sorbier comment la culture et les artistes au Royaume-Uni ont pu réagir à la pandémie, et dans quelle mesure leur gouvernement les soutient. 

Après avoir fait preuve de courage et de résilience, la situation actuelle fait apparaître une grande détresse du secteur culturel dans son ensemble, avec nombre de fermetures définitives dans les arts vivants.        
Cécile Doustaly

Adaptation par la création

Dans la mesure du possible, la réaction du secteur culturel a été de s'adapter de façon créative, rappelle Cécile Doustaly, aux mesures de restrictions comme les jauges dans les salles de spectacle. Hors des périodes de confinement strict, ces dernières ont dû limiter leur capacité maximale à 25% de leurs sièges en moyenne, contrainte intenable pour un grand nombre de salles.

Le numérique a été également exploité, avec de nombreuses créations et expositions virtuelles et des événements musicaux en ligne, participant ainsi à l'extension des publics, estime Cécile Doustaly.

Ces événements numériques, aussi participatifs que possible, ont attiré des publics plus variés que d'ordinaire. Leur valeur ajoutée était aussi de présenter et donner à voir le travail de création et de répétition sous un autre jour, en amont des productions finales.        
Cécile Doustaly

Rares néanmoins sont les productions qui ont totalement abouti, majoritairement pour des raisons de financement. L'Arts Council, organisme semi-publique qui subventionne les musées et la création artistique au Royaume-Uni, a soutenu et relayé ces initiatives numériques qui ont souvent débouché sur des manifestations gratuites pour le public. Seuls quelques opéras et pantomimes de Noël se sont essayés au modèle payant plus récemment. Proposant des prix très accessibles, précise Cécile Doustaly, ces organismes culturels avancent que les fonds récoltés permettrait de sauver les salles et soutenir les artistes.
Si toutes ces initiatives sont très limitées au regard de l'activité culturelle en Grande-Bretagne en temps normal, les médias ont néanmoins relayé les nouvelles offres culturelles autant que possible, à l'instar du Guardian et de sa nouvelle rubrique culturelle "Staying In". 

"Du côté du gouvernement, il y a eu une forme de ratage"

Chercheuse invitée à l'université de Warwick par les organisateurs de l'événement "Ville britannique de la culture 2021" à Coventry, ville moyenne du centre de l'Angleterre, Cécile Doustaly a pu observer les effets de la crise sanitaire sur les politiques culturelles depuis ses débuts au Royaume-Uni.

Dès le premier confinement, la municipalité de Coventry, son secteur culturel et ses universités, ainsi que celle de Warwick, se sont alliés pour adapter le programme de l'événement et gérer la crise immédiate en soutenant l'activité des artistes via le numérique.        
Cécile Doustaly

A noter qu'au Royaume-Uni, les artistes ne sont pas protégés par un statut d'intermittent du spectacle comme en France, et dépendent du chômage partiel, à condition que leur activité remplisse les conditions requises. 

L'événement visant à faire de Coventry la ville britannique de la culture en 2021 a été repoussé à l'été. Mais ce que l'on redoute est que la moitié du personnel du musée local soit renvoyée avant. De nombreux musées, théâtres et salles de concert sont concernés par des licenciements allant entre 20% et 50% de leur personnel.        
Cécile Doustaly

Aux yeux de Cécile Doustaly, un des manquements récents du gouvernement britannique est d'avoir interrompu le système de chômage partiel au mois d'octobre. Bien qu'il l'ait ensuite remis en place, y compris de manière rétroactive, au mois suivant, plusieurs organismes culturels avaient déjà renvoyé une partie de leur personnel. Des licenciements sans retour, pour des employeurs qui anticipent d'autres renvois inévitables dans la première moitié de 2021. 

Face au Brexit, "encore de grandes incertitudes"

Si le Brexit est un accord porté principalement sur la circulation des biens et marchandises, explique Cécile Doustaly, les services constituent près de 80% du PIB du Royaume-Uni et 50% de ses exports. Bien que conclu, l'accord fait reposer de grandes incertitudes et inquiétudes sur le secteur culturel. Le Brexit acte que le Royaume-Uni ne participera pas à Europe Créative, un des principaux programmes européens de financement de la culture, mais est moins précis quant à la liberté de mouvement des talents et des compétences.

Par exemple, l'organisation de tournées à l'international est un exercice que connaissent bien les Britanniques, qui savent maintenant qu'énormément de paperasserie et de coûts augmentés les attendent. Finalement, les tournées ne pourront plus se faire de la même manière.  
Cécile Doustaly

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • maîtresse de conférences en études britanniques à l'Université Cergy-Pontoise.
À venir dans ... secondes ...par......