LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Si l'absence de pandémie peut ajouter au côté paradisiaque des îles comme Kiribati, ci-dessus, ces environnements restent menacés par la montée du niveau des océans, due au changement climatique.

Là où le Covid n'est pas

9 min
À retrouver dans l'émission

Le virus est partout, ou presque. Dix pays, dont la majorité sont des micro-Etats insulaires du Pacifique, n'ont recensé aucun cas depuis le début de la pandémie. Avec l'anthropologue Guigone Camus, spécialiste des îles du Pacifique, nous nous demandons comment ces territoires ont été préservés.

Si l'absence de pandémie peut ajouter au côté paradisiaque des îles comme Kiribati, ci-dessus, ces environnements restent menacés par la montée du niveau des océans, due au changement climatique.
Si l'absence de pandémie peut ajouter au côté paradisiaque des îles comme Kiribati, ci-dessus, ces environnements restent menacés par la montée du niveau des océans, due au changement climatique. Crédits : Raimon Kataotao / EyeEm - Getty

Existe-t-il des pays actuellement épargnés par la pandémie due au nouveau coronavirus et où personne ou presque n'a contracté le Covid-19 ? Selon des données officielles de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la réponse est oui. Dix pays n'affichent aucune donnée ou des données nulles concernant le Covid-19. Il s'agit pour la majorité de micro-Etats insulaires situés dans l'océan Pacifique, comme la Micronésie ou la république de Palau. Pour essayer de mieux connaître ces pays épargnés par la pandémie, nous écoutons Guigone Camus, docteure en anthropologie sociale à l'EHESS, spécialiste des îles du Pacifique et ingénieure de recherche au LSCE. Elle a notamment rédigé une thèse sur la république de Kiribati.

En septembre 2020, huit mois après son apparition en Chine en décembre 2019, le virus a infecté 29 millions de personnes dans le monde et tué près de 1 million d'entre elles (929 391 pour être exact).
Seuls neuf pays n'ont recensé aucun cas de contamination depuis le début de la pandémie : la république de Kiribati, la Micronésie, Vanuatu, la république de Palau, la république indépendante de Samoa, les îles Salomon, les îles Marshall, Nauru, le Royaume des Tonga. La Corée du Nord et le Turkménistan n'ont déclaré aucun cas de Covid-10 non plus, mais selon des médias respectifs de ces pays, il y aurait tout de même de nombreux cas malgré l'absence d'informations officielles.

La république insulaire de Kiribati a fait l'objet de plusieurs recherches de la part de l'anthropologue Guigone Camus. Comment des pays comme celui-ci ont-ils été préservés du Covid-19 ?

Avant tout, il faut savoir que la république de Kiribati est un archipel issu de la réunion des îles Gilbert, des îles de la Ligne et des îles Phoenix. Cette ancienne colonie britannique est indépendante depuis 1979 et est depuis une démocratie parlementaire, membre de l'ONU, du Commonwealth et du Forum des îles du Pacifique, ce qui lui donne une place sur la scène internationale, en particulier dans les négociations sur le climat. 

En termes anthropologiques, il s'agit d'une société ambilinéaires, dont le patrimoine se transmet et par le père et par la mère. Les insulaires sont organisés en larges groupes sociaux, répartis sur des terres qui leur ont été transmises par des ancêtres mythiques, dont les exploits sont rapportés par une littérature orale riche et passionnante.

Le coeur de la vie sociale au sein de Kiribati se déroule au sein d'une grande maison de réunion, dans laquelle les habitants se regroupent pour gérer conflits, affaires courantes et procéder aux rituels d'échanges de nourriture qui permettent aux groupes de réaffirmer leur statut au sein du village et de l'île. 

L'environnement de Kiribati est commun aux environnements coraliens : des petites îles étroites et très basses, avec une diversité végétale peu importante, un accès à l'eau potable limité, mais de grands lagons, qui forment des viviers nourriciers dont dépend la sécurité alimentaire de la population. Le climat y est particulièrement chaud, et se réchauffe en raison du réchauffement global de la planète, de même que pour les océans eux-mêmes.

Au regard de l'international et des indices de classement, Kiribati est considéré comme un pays pauvre. Mais il ne faut pas dire aux insulaires qu'ils sont pauvres car pour eux, cette notion de pauvreté est relative à la propriété terrienne bien plus qu'à la somme de liquidités dont on peut disposer.              
Guigone Camus

Il n'empêche que les îles sont dépendantes de l'aide extérieure pour leur développement. Elles importent une partie de leurs denrées alimentaires, leur matériel de construction et médical. L'aide extérieure finance également l'adaptation au changement climatique et la majorité du secteur sanitaire. Guigone Camus

Ce qui est étonnant est que Kiribati a noué des relations diplomatiques très étroites avec la Chine, notamment autour des questions de développement. Les dirigeants de Kiribati et de la Chine ont assuré faire montre de solidarité face à la crise sanitaire. Le principal geste de solidarité de la Chine a été de couper les liaisons aériennes avec les îles, mais relativement tard. Guigone Camus

Malgré tout, il n'y aurait pas eu de cas de Covid à Kiribati. Est-ce dû à l'insularité ? Est-ce un coup de chance ? "Probablement", nous dit l'anthropologue. Ces îles craignaient en effet particulièrement l'arrivée du Covid, étant déjà extrêmement vulnérabilisées par le changement climatique et des problèmes de mal-développement. 

Un couvre-feu a été instauré à Kiribati au mois de mars 2020, demandant à la population de limiter les déplacements, mais sous lequel les rassemblements, à l'occasion d'événements qui rythment le coeur de la vie sociale locale, étaient maintenus.

On confine, tout en conservant ce qui est le plus important : une proximité sociale et familiale, dont on sait pourtant qu'elle est ailleurs un facteur aggravant de la dispersion du virus. De plus, les insulaires sont encore très réfractaires et réticents par rapport à la médecine occidentale. Ils oscillent entre soins médicaux et soins traditionnels (plantes, magie, manipulation corporelle par des guérisseurs et sorciers). On peut imaginer ce qu'aurait donné l'intrusion du Covid dans ces petites sociétés.              
Guigone Camus

Ces îles ne sont pas exemptes d'épidémies : elles connaissent la dengue, depuis 2015 en particulier. Elle se répand avec des formes hémorragiques infantiles très graves. Les insulaires ont très peu de moyens de se protéger contre les moustiques qui font circuler la dengue. On a donc peine à imaginer ce que donnerait la nécessité de se préserver du Covid-19 avec des gestes barrière, des masques, tout un système d'hygiène occidental qu'il faudrait adapter localement. Guigone Camus

Des éléments locaux relatifs à la gestion du risque et de la catastrophe nous donnent des repères anthropologiques sur le rapport de ces sociétés à la maladie. Les événements malheureux suscitent des réflexes réactionnels complexes : les individus disent être saisis d'émotions qui, lorsqu'elles se déclenchent, s'expriment différemment. Souvent, les gens se taisent face à la douleur, ou bien se plaisent à ironiser sur ce qui se présente à eux comme un péril. Ce recours à l'évitement de l'expression des sentiments permet aux émotions, considérées comme un revert de la faiblesse humaine, de rester hors du jugement des autres. Cette extrême discrétion complexifie l'identification de ce qui fait réellement mal et peur aux individus. Se pose alors la question du soin médical, qui repose, à l'occidentale, sur la description précise par le patient de ses symptômes. C'est extrêmement compliqué de porter secours, ce qui pousse parfois à infantiliser ces gens, alors qu'il s'agit en fait d'une incompréhension totale des réflexes culturels particuliers de cette société passionnante et fascinante, que l'on ne connait encore pas assez. Guigone Camus

L'ouvrage Tabiteuea Kiribati de Guigone Camus, monographie publiée par la Fondation Barbier-Mueller en 2014, est disponible en librairies (en click & collect).

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • Docteure en anthropologie sociale à l’EHESS, ingénieure de recherche au LSCE
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......