LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'épidémie de coronavirus éprouve la capacité d'adaptation de tous les aspects de nos vies, y compris celle du langage.

Ce que le Covid fait à la langue

10 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la Fête de la Science et de la journée thématique France Culture "Ce que le Covid fait à la science", la docteure en linguistique Sandrine Reboul-Touré nous donne son sentiment sur l'apparition soudaine et massive de mots nouveaux depuis le début de la pandémie.

L'épidémie de coronavirus éprouve la capacité d'adaptation de tous les aspects de nos vies, y compris celle du langage.
L'épidémie de coronavirus éprouve la capacité d'adaptation de tous les aspects de nos vies, y compris celle du langage. Crédits : Getty

A l’occasion de la Fête de la Science le 7 octobre, France Culture consacre une journée spéciale à la recherche avec comme thématique : « Ce que le Covid fait à la science ».

Affaire en cours s'interroge sur notre langue et sur ce vocabulaire que nous avons tous adoptés depuis plusieurs mois. Sandrine Reboul-Touré, docteure en linguistique, nous donne son sentiment de linguiste sur l’apparition soudaine et massive de mots nouveaux depuis le début de la pandémie.  

Il y a une effervescence notable de mots, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas en permanence une création de mots. Néanmoins avec la pandémie, il y a une explosion de termes nouveaux pour nommer les nouvelles réalités auxquelles nous faisons face. La langue met son étiquette sur ces nouveautés. De plus, le fait que les journalistes relèvent cette effervescence, alors qu'eux-mêmes sont dans un mouvement de langue permanent, montre qu'il y a un pic de nouveaux mots en train de surgir.    
Sandrine Reboul-Touré

Si ces mots s'intègrent aussi naturellement dans la langue, c'est parce qu'ils s'insèrent dans le système existant de la langue. Sandrine Reboul-Touré

Dans les nouveaux mots entrés dans l'édition 2021 du Petit Robert, la lexicologue Sandrine Reboul-Touré dénote l'apparition du terme "covid", dont l'étymologie est datée de 2020, une première selon elle. On note par ailleurs que le dictionnaire propose de dire qu'il s'agit d'un nom féminin aussi bien que d'un nom masculin. C'est ce qu'on appelle une variation en linguistique. 

Dans la présentation de cette nouvelle édition du dictionnaire, Alain Rey dit que, loin d'être restée confinée, la langue française manifeste sa vitalité. Cette vitalité est toujours présente, mais aujourd'hui il y a un pic, et on n'est pas obligé d'aller chercher chez d'autres langues. On a beaucoup de possibilités pour travailler et créer avec notre propre système linguistique.    
Sandrine Reboul-Touré

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • Docteure en linguistique, lexicologue, maîtresse de conférence à l'Université Sorbonne-Nouvelle
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......