LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Paul Belmondo, 1960

Pourquoi l’hommage national à Jean-Paul Belmondo se passe-t-il aux Invalides ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Jeudi 9 septembre, dans la cours des Invalides, Emmanuel Macron prononcera un discours en mémoire de l’acteur Jean-Paul Belmondo, mort lundi 6 septembre. Jean-Paul Pancracio, professeur émérite des universités, revient au micro de Marie Sorbier sur cet évènement national.

Jean-Paul Belmondo, 1960
Jean-Paul Belmondo, 1960 Crédits : Crédits : Silver Screen Collection / Cntributeur - Getty

Le président de la République prononcera un discours aux Invalides en mémoire de l’acteur Jean-Paul Belmondo, décédé lundi 6 septembre. Jean-Paul Pancracio, professeur émérite des universités, enseigne le droit international public, il a consacré un grand nombre de ses travaux  et au fonctionnement de l’Etat et revient sur le protocole de ce genre de cérémonie.

Dans le domaine cérémoniel, l’hommage national est l’équivalent d’une commémoration nationale. Si la commémoration nationale fait référence à des évènements de notre Histoire que l’on entend rappeler d’année en année, voire de décennies en décennies, l’hommage national, quant à lui, a pour objet une personnalité et demeure donc ponctuel. Il se veut une célébration collective d’une personnalité qui a marqué l’histoire récente de la nation.  

L’hommage national est une décision politique prise par l’Elysée, et le président de la République est au centre de la célébration. Par ailleurs, l’ensemble des ministères se trouve mobilisé, faisant intervenir à cette occasion une multitude de des services : la sécurité du ministère de l’intérieur  comme la gendarmerie, la police ; mais également, le Quai d’Orsay dont  le service de direction protocole est à même d’organiser ce genre de cérémonie pour des invitations à caractère diplomatique ; ainsi que différentes cellules de l’Elysée. Bien entendu,  un hommage national rendu à une personnalité du monde culturel comme Jean-Paul Belmondo, ne peut s’organiser sans le concours du ministère de la Culture. Par conséquent, après la décision élyséenne, la mise en œuvre est  interministérielle. 

Il existe des invariants à ces cérémonies très structurées et minutées, et si le cérémonial ne bouge pas, le discours doit être adapté à la personnalité célébrée. 

Les Invalides à Paris sont un lieu très particulier avec une histoire particulière et une symbolique spécifique, pourquoi rendre hommage à un acteur à cet endroit-là ?

Initialement, cela m'a un peu heurté que l'on fasse cela aux Invalides, que l'on réserve d'habitude à une célébration d'ordre militaire, aux hommages rendus à nos militaires morts au combat, à de grands généraux que l'on veut célébrer également. Et puis, pour rendre hommage à des victimes de terrorisme, par exemple. Donc, les Invalides sont marqués militairement. Mais où faire ailleurs?

Les Invalides est un lieu facile à sécuriser puisque mis à  part l'entrée de Saint-Louis des Invalides, à l'arrière place Vauban, il y a une entrée sur l’esplanade où militaires et gendarmes sont présents. De plus il y a une cour d’honneur impressionnante. Le faire à l’école militaire, était impossible, car cela était trop marqué par le militaire. Et dans la cour de Matignon c’était trop marqué politiquement. On pourrait penser au jardin du palais royal où se trouve le ministère de la culture mais ce n’est pas assez sécurisé, il y a beaucoup d’arbre donc ce ne serait pas adapté pour la télévision. Donc les invalides semblent être finalement le lieu idéal. 

Les hommages nationaux comme les entrées au Panthéon sont des gestes d’abord politiques.

Il faut faire entrer des contemporains qui ont milité comme Joséphine Baker, Simone Veil, son époux, évidemment, mais il ne faut pas que ça devienne galvaudé. L’entrée au Panthéon se fait tout les 20 ans ou 30 ans, il ne faut pas qu’il y en ait deux ou trois tous les ans. J'ai l'impression que les entrées s'accélèrent. Il faut que ça reste réservé aux plus hautes    personnalités françaises qui ont apporté à notre pays, une contribution exceptionnelle, de même pour les hommages nationaux.

Si l’on rend un hommage national à des personnalités marquantes comme Jean-Paul Belmondo est-ce que cela ne va pas nécessiter qu’on en fasse d’autres pour d’autres acteurs ou personnalités du monde culturel qui ont marqué la France ? Selon, Jean-Paul Pancracio, il ne faut pas que cela devienne une généralité même s’il apprécie beaucoup Jean Paul Belmondo, et il ne remet en question le choix. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • professeur des universités, agrégé des facultés de droit - Université de Poitiers
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......