LE DIRECT
L'affiche de l'édition 2021 du Festival de Marseille, par le duo de Photographes Lova Lova.

Festival de Marseille : "Au lieu de les fragiliser, la pandémie a renforcé nos liens avec les artistes africains"

8 min
À retrouver dans l'émission

Où en est-on de la Saison Africa2020 voulue par Emmanuel Macron ? Jan Goossens, directeur du Festival de Marseille, explique au micro de Marie Sorbier comment intégrer les artistes africains dans les programmations françaises et revient sur leurs conditions de travail depuis la crise sanitaire.

L'affiche de l'édition 2021 du Festival de Marseille, par le duo de Photographes Lova Lova.
L'affiche de l'édition 2021 du Festival de Marseille, par le duo de Photographes Lova Lova. Crédits : Lova Lova (Léa Magnien / Quentin Chantrel)

Initiée par Emmanuel Macron, la Saison Africa2020 se déroule sur l'ensemble du territoire français. Dédiée aux 54 Etats du continent africain, elle est conçue autour des grands défis du 21ème siècle et présente les points de vue de la société civile africaine, aussi bien celle du continent que de la diaspora récente. Au micro de Marie Sorbier, le directeur du Festival de Marseille Jan Goossens revient sur cette saison qui a connu beaucoup de remous. Comment travailler avec les artistes africains ? Comment sont-ils intégrés à une programmation ? En quoi la pandémie a-t-elle eu un effet sur leurs conditions de travail ?

La Saison Africa2020 a été affectée par la pandémie notamment en raison d'une mobilité internationale limitée. Néanmoins, explique Jan Goossens, tout a été mis en oeuvre pour que les échanges entre le Festival de Marseille et les artistes africains qui font partie de sa programmation continuent. 

La pandémie a fragilisé les artistes partout, mais encore plus sur le continent africain. Si les collaborations de ces artistes avec les partenaires européens s'arrêtent, ils n'ont plus rien.                  
Jan Goossens

Dans le cadre de la Saison Africa2020, le Festival de Marseille a cherché à développer des liens avec les scènes artistiques de plusieurs métropoles africaines, comme Kinshasa, Maputo, Tunis et Le Caire. Le festival a à la fois soutenu le processus de travail de certains artistes au sein de leurs pays, et fait venir d'autres artistes à Marseille dans la mesure du possible. Parmi eux, le réalisateur égyptien Tamer El Said a passé deux mois à Marseille, où il a pu être accompagné dans son processus créatif. 

Il s'agissait de minimiser les coûts événementiels et de favoriser la création de meilleures conditions de travail pour les artistes chez eux, tout en essayant de les faire venir le plus possible. Ce cadre de travail a permis à cette saison de s'inscrire de manière organique et profonde dans notre festival. Notre programmation reflète la réalité de Marseille, dont les artistes de la Méditerranée et du continent africain font partie. Plutôt que nous fragiliser, la pandémie nous a invités à donner une profondeur et une qualité plus grandes aux liens que nous entretenons avec les artistes de ces territoires.                  
Jan Goossens

Le spectacle de danse Suash de duo égyptien Nasa4Nasa, qui a été présenté les 24 et 25 juin dans le cadre du Festival de Marseille, est représentatif d'une programmation donnant à voir la création en chorégraphie contemporaine venue d'Afrique. Sans subventions de maisons de danse, ces deux chorégraphes-danseuses du Caire construisent leur propre chemin artistique, notamment dans des lieux non théâtraux, comme des terrains de sport, mais aussi en créant des formes destinées à des plateformes comme Instagram. Avec le soutien de biennales et d'événements internationaux dédiés aux arts visuels, elles peuvent donner vie à leur amour pour les corps et le mouvement avec des formes toujours innovantes. 

De même, le chorégraphe originaire de Maputo Panaibra Gabriel Canda et son spectacle Borderlinesprogrammé les 6 et 7 juillet, ainsi que le travail du Congolais Faustin Linyekula (Banataba, programmé les 2 et 3 juillet), apportent au Festival de Marseille des créations où les formes sont redynamisées en s'inspirant du contexte de leurs pays d'origine, en transformant les contraintes qui en découlent en forces et en opportunités. Avec cette programmation, le Festival de Marseille cherche à créer un espace de rencontre et de découverte entre la création contemporaine africaine et le public marseillais.

Les Marseillais ne sont pas toujours faciles à convaincre de venir, mais dès qu'ils sont là, ils sont curieux, ouverts, généreux et enthousiaste. Ces dernières années, nous avons fait un gros travail pour diversifier et rajeunir le public avec des propositions venant de territoires intimement liés à Marseille.            
Jan Goossens

Dans le cadre d'une politique d'accessibilité et de démocratisation au sortir de la pandémie, le prix des places ne peut être un obstacle. C'est pourquoi toutes les places pour tous les spectacles sont à 10 euros. On sent tout de suite la différence : les gens nous disent qu'ils peuvent venir quatre, cinq fois, plutôt qu'une seule. On fidélise un public qui voit de plus en plus ce festival comme un espace de découverte et qui réagit avec curiosité et générosité.            
Jan Goossens

L'affiche du Festival de Marseille est l'oeuvre du duo de photographes Lova Lova, formé par Léa Magnien et Quentin Chantrel. La sensibilité de ces artistes a frappé Jan Goossens, qui travaille avec eux depuis deux ans, notamment pour leur capacité à rendre en image l'énergie, la résilience et les corps de la ville de Marseille. 

Bien qu'atypiques pour un festival de performances et de créations contemporaines, il est clair que ces images résonnent avec la ville. On nous en parle beaucoup. On a touché une sensibilité bien marseillaise.            
Jan Goossens

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......