LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Daniel Craig dans James Bond, 007

La figure de James Bond est-elle datée ?

6 min
À retrouver dans l'émission

La première mondiale du nouveau James Bond, "Mourir peut attendre" sera projetée en salle à Londres le mardi 28 septembre avant d’arriver en France le 6 octobre. Aliocha Wald Lasowski, philosophe et essayiste, nous dévoile une image plurielle de 007.

Daniel Craig dans James Bond, 007
Daniel Craig dans James Bond, 007 Crédits : Crédits : Glyn KIRK - AFP

007 est souvent présenté de manière lisse et univoque. Pourtant, il perturbe les stéréotypes carcans et clichés. Aliocha Wald Lasowski, dans son ouvrage "Les cinq secrets de James Bond", révèle que les philosophes n’apprécient guère les films de 007. En effet, Gilles Deleuze soutient que "le succès de James Bond semble représenter un retour à une conception rose de l’agent secret", quant à Roland Barthes, il souligne que "Bond n’a jamais l’air de penser et cependant il décide toujours. " Pourquoi donc cette défiance du monde intellectuel ? 

James Bond ne correspond pas forcément à ce que l’on attend dans la subtilité d’un agent secret, comme dans les romans de John le Carré. Ian Fleming, auteur à l’origine de la série des James Bond, a un côté populaire, d’après Aliocha Wald Lasowski, il a souhaité créer le personnage de James Bond de façon lisse, correspondant à des clichés comme le machisme, les voitures, les gadgets, l’action. C’est un film populaire, "mainstream", d’aventure et d’espionnage ; certains philosophes ne sont peut-être pas allés plus loin. La figure de James Bond, notamment dans ses relations avec les femmes, peut paraître aujourd'hui cavalière et datée. En effet, James Bond représente le mâle masculin, dominant et conservateur.

Aliocha Wald Lasowski tente de s’approcher du mystère du personnage, et propose une démarche qu’il appelle "philoscopique" qui consiste à analyser la figure de James Bond comme une sorte de mythologie ; une méthode fondée sur celle de Roland Barthes. Selon Aliocha Wald Lasowski, il faudrait essayer aujourd'hui de réunir les études postcoloniales, les études féministes ou de genre ou encore les études de « cultural studies » et de prendre le personnage de James Bond comme un objet de notre culture contemporaine qui, à travers les images, nous dit quelque chose de la société et de son évolution. 

Sur soixante ans, en vingt-cinq films, qu'est-ce que nous dit James Bond sur la géopolitique ou sur les rapports hommes-femmes qui ont évolué à travers la saga ? La méthode "philoscopique" d'Aliocha Wald Lasowski repose sur l’arrêt de scènes ou d’objets d'observation dans les films. En effet, ce sont des moments où l’action verbale et l’action physique de James Bond sont mis sur arrêt afin de mettre en suspension le temps dans les scènes et de les décortiquer. 

On peut prendre "Goldfinger", par exemple. Je pense qu'il fait partie de cette première grande trilogie avec "Bons baisers de Russie" et "Opération Tonnerre". On y trouve beaucoup de références aux films d'Hitchcock, comme une sorte de duel ou de réponse des films de James Bond à l'espionnage.

Effectivement, dans "Bons baisers de Russie", il y a une scène sous l'ambassade du consulat d'URSS à Istanbul, où James Bond espionne les Russes à travers un périscope qui est installé par le MI6. Il analyse la scène comme un spectateur qui regarde James Bond avec la cible de viseur, qui est d'ailleurs le motif de James Bond, puisque chaque film commence par le fameux "gun barrel". L’image et la caméra deviennent plus précises et plus ciblées ; on observe des détails, on voit qui est observé et qui est observateur et par conséquent, les films de James Bond deviennent, selon Aliocha Wald Lasowski, des films sur l'observation, sur le regard et la manière de pouvoir cibler des choses les unes après les autres. 

La figure de James Bond a su se renouveler et a réussi à s’adapter aux enjeux de l’époque et à prendre des contre-points. Pendant toute la Guerre froide,  James Bond a souvent été associé à des femmes, notamment à des espionnes soviétiques ; beaucoup plus que des alliés des Etats-Unis ou de Grande Bretagne. 

Le réalisateur, Cary Joji Fukunaga, a tourné le dernier James Bond avec Daniel Craig. Qui sera la prochaine figure de 007 ? Aliocha Wald Lasowski propose le jeune acteur franco-américain Timothée Chalamet… A vos pronostics !

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......